« novembre 2003 | Main | janvier 2004 »

décembre 31, 2003

Le voile dévoilé

La question du voile est unique, elle porte son poids particulier. On peut tout justifier, là n'est pas la question. Est-ce qu'un examen critique est possible? Selon certains, non, puisqu'il s'agit de religion ou de liberté personnelle. Ce sont de pauvres raisons, car alors comment choisir ce qui peut être critiqué sans exercer le pouvoir de critique. Par exemple, peut-on critiquer l'usage de l'excision ou de la circoncision; ou le port de telle arme; ou le lavage de cerveau; ou le respect des droits de la personne? La liste est longue. Reconnaissons au moins la possibilité de la critique afin de promouvoir un débat social.

Je résume la position d'une écrivaine, présidente de Choisir-La cause des femmes. (Le Monde, 24 octobre 2003) Le voile ou le foulard islamique est le signe de l'infériorisation de la femme. Elle marque la femme en tant qu'elle se définit par rapport à l'homme et à son désir sexuel, je dirais sexuo-génital. C'est dire que la femme est appelée à cacher tout ce qui pourrait séduire ou susciter une transgression sexuelle. Le voile est en rapport aux désirs et aux pulsions, mais essentiellement ceux de l'homme. Il impose une séparation avec l'autre, avec le reste du monde. C'est un enfermement pour se marquer du sceau infériorisant de la charia (´polygamie, répudiation, incapacité civile et minorité à vie...ª). La femme est reléguée dans un véritable apartheid sexuel. Existe ici une ´infériorisation atavique que le voile aide, dans ses plis, à intérioriserª; la femme demeure éternellement dépendante de l'autorité masculine, de son pouvoir, de sa sexualité.ªLe voile est humiliant pour les femmes auxquelles il assigne une place de proie et pour les hommes qu'il assimile à des prédateurs.ª (Le Monde, 6 décembre 2003, p. 17)

Les retours aux sources, les appels à la tradition, le brandissement de l'autorité du texte, même une remontée à une plus lointaine origine ne modifient en rien le fait de l'aliénation de la femme. Du coup, il s'agit aussi d'une aliénation profonde de l'être masculin réduit à cette autorité factice, qui compense je ne sais quelle forme de peur ou d'impuissance par une violence institutionnalisée qui n'a de justification que dans l'aveu d'une faiblesse sexuelle inscrite, semble-t-il, selon certains, dans son être. Si les conquêtes du féminisme ont quelques sens, c'est bien d'avoir émancipé et les femmes et les hommes de cette dialectique stupide du pouvoir d'un genre sur l'autre. Que dire maintenant du patriarcat, renaît-il de ses cendres? Ne pas en sortir sous prétexte qu'il s'agit de religion, c'est pauvre, car c'est se servir de la religion et mieux encore du sacré pour légitimer la bêtise. Quand on en est là, c'est qu'on a perdu le joyau de l'humain, l'esprit. Et toutes ses musulmanes qui se sont battues pour se libérer qui trahit qui, et quoi ? Le voile enterre l'esprit, au sens littéral.

Venir vivre en Occident ce n'est pas simplement transporter l'intégralité de sa culture et de sa religion, c'est surtout accepter une purification salutaire, celle de l'esprit critique qui a permis une des grandes conquêtes de l'humanité, la découverte de la souveraineté de la personne, de sa liberté, de sa créativité et de l'égalité de tous devant tous. Mais ceci ne signifie pas que tout ce qui se déploie en Occident est nécessairement bien l'esprit du grand texte sur les droits des personnes n'est pas complètement incarné dans les moeurs. Ni l'homme, ni la femme ne sont complètement émancipés. Cependant, le travail de l'esprit demeure et l'essentiel de son oeuvre est de découvrir qui est l'humain, de le dévoiler à lui-même.

décembre 30, 2003

Qui a vraiment capturé Saddam?

Il y a quelques semaines, on avait droit à la télévision à des reportages spéciaux à l'occasion de la capture de Saddam Hussein par les forces spéciales américaines.

Mais, quelques jours plus tard, la journaliste à la pige Yvonne Ridley dans un article paru dans le journal Sunday Express écrivait, que l'ex-dictateur avait été capturé par les Kurdes près de Tikritt, et qu'ils l'avaient ensuite laissé à un endroit où les forces spéciales américaines n'avaient qu'à le "prendre".

Si tel est le vraiment le cas, le gouvernement américain a encore menti, il a menti devant le Conseil de sécurité des Nations-Unies et au monde entier sur les armes de destruction massive en Irak, il a menti sur la libération de la soldate Jessica Lynch prisonnière blessée dans un hôpital irakien, et il ment maintenant sur la capture de Saddam?

Dans ce dernier cas, on peut peut-être comprendre que le gouvernement américain ait menti, puisque ce dernier sera jugé l'an prochain par le peuple américain, à l'occasion des élections présidentielles, alors les troupes américaines connaissent de plus en plus de pertes en Irak et que cela ressemble de plus en plus à une vietnamisation du conflit.

Mais, au-delà de tout cela, il y a le mépris des américains qui n'ont rien fait et ne font absolument rien pour comprendre qu'à force de mentir au monde entier et à tricher, ils ne font que s'attirer la haîne des autres nations, y compris des pays qui sont considérés comme des alliés.

Ils donnent surtout des munitions pour la formation de nouveaux groupes terroristes, ce qui aura uniquement comme effet de prolonger cette guerre coûteuse en vie humaine et monétairement contre le terrorisme.

décembre 29, 2003

50 ans après la naissance de Playboy

2003 marquait le 50e anniversaire de naissance de Playboy. L'industrie de la pornographie s'est considérablement transformée depuis, selon le sociologue Richard Poulin. Les années 1990 ont connu une explosion de la production et de la consommation de pornographie. Le territoire pornographique, qui était confiné auparavant dans le privé et le caché, s'affiche publiquement avec arrogance même, La pornographie fait "chic", branchée et moderne; elle squatte la publicité et les médias.

Certaines marques de luxe utilisent des images qui flirtent avec le sado-masochisme ou la zoophilie, d'autres, comme Dior, adoptent ´Ýl'esthétiqueݪ de la ´Ýtournanteݪ (1), appellation du viol collectif en France. La libération sexuelle des années soixante a accouché d'une vaste industrie libre-échangiste du sexe tarifé. En fait, le capitalisme a récupéré le sexe et a trouvé "vocation [...] à marchandiser le désir, notamment celui de la libération, et par là même à le récupérer et à l'encadrer".

Nous assistons à une inflation iconique, marquée par une sexualité exhibitionniste, agressive, hyperréaliste et frénétique, ponctuée d'actes sexuels de plus en plus extrêmes (2) : gang bang, double et triple pénétration, zoophilie, bukkake, ondinisme, fisting, etc. Selon le hardeur et producteur de pornographie, HPG, la simple pénétration vaginale ne suffit plus pour exciter les consommateurs. [...]

L'industrie pornographique aujourd'hui

L'industrie de la pornographie contemporaine a pris son essor au début des années cinquante, avec la création de Playboy (1953) et, depuis, a investi tous les moyens de communication moderne. (...) Le chiffre d'affaires mondial de la pornographie "s'élève à près de 52 milliards d'euros" (3). C'est la troisième industrie du Danemark. La vidéo pornographique représente à elle seule un marché de 19 milliards d'euros (4). L'industrie hôtelière est complice : à chaque film visionné dans une chambre, elle reçoit 20 % du prix de location. Les États-uniens dépensent entre 1 et 2 milliards de dollars US par le biais des cartes de crédit pour obtenir du matériel sexuel explicite via Internet. En 1997, on dénombrait approximativement 22 000 sites Web proposant un contenu pornographique en accès libre ; en 2000, ce chiffre était passé à 280 000 sites. Une enquête a dressé, en 1999, une liste de 30 000 sites pédophiles sur un total estimé à 4,3 millions de sites sur le Web.

La vente de magazines à contenu sexuel diminue à mesure que les consommateurs se tournent vers la vidéo et InternetÝ: les ventes du magazine Penthouse sont passées de plus de 3,5 millions par mois dans les années quatre-vingt à environ 850 000 aujourd'huiÝ; les ventes du magazine Playboy poursuivent leur déclin en 2000, avec une baisse de 12 % par rapport à l'année précédente. Par contre, les sites pornographiques font l'objet de plus de 27 millions de requêtes par jour. De plus, ´Ýla croissance explosive de la diffusion de la pornographie, la commercialisation agressive [...] piègent les internautes contre leur volontéª, ce qui implique que la pornographie s'impose même à ceux qui ne désirent pas la consommer.

En Californie, où se trouve la majorité des infrastructures états-uniennes de production, l'industrie pornographique déclare employer 20 000 personnes et reverser 31 millions de dollars US en taxes à l'achat pour le seul secteur des ventes de vidéo. En 2000, 11 000 vidéos pornographiques ont été produites aux États-Unis et l'industrie du sexe en ligne a enregistré un chiffre d'affaires de 1,8 milliard de dollars.

La pornographie enfantine

L'industrie internationale de la pornographie enfantine ou pédopornographie est, aux États-Unis, l'une des plus grandes industries artisanales. D'après des estimations d'experts, le chiffre d'affaires de la pornographie enfantine atteindrait aux États-Unis entre deux et trois milliards de dollars US par an. Les producteurs de pédopornographie auraient filmé un million d'enfants seulement aux États-Unis. En 1996, le Premier Congrès mondial contre l'exploitation sexuelle d'enfants à des fins commerciales, tenu à Stockholm, rappelait qu'un million d'images pornographiques et 40 millions de pages Internet étaient consacrées à la pornographie enfantine. La tendance est depuis à la hausse.

En Allemagne, la police estime à 130 000 les enfants qui seraient contraints à des pratiques pornographiques. Selon une enquête menée à l'Université de Pennsylvanie, entre 300 000 à 400 000 enfants sont contraints chaque année en Amérique à la prostitution, à la pornographie ou à d'autres formes d'exploitation sexuelle. Katrin Hartmann, secrétaire générale de l'Organisation contre l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales, estime la situation encore plus grave dans les États de l'ex-Union soviétiqueÝ: des organisations mafieuses ont découvert le commerce lucratif de l'exploitation des enfants.

Peu coûteux et facilement accessible, Internet est utilisé comme ´Ýune vraie maison de vente par correspondanceݪ, non seulement pour le matériel pornographique, ´Ýmais également en vue de réellement vendre des êtres humainsݪ. Via Internet, les trafiquants proposent des guides spécialisés en ligne pour les touristes sexuels et les clients de la prostitution. La pornographie infantile ou pseudo-infantile (kiddie ou chicken porn) sur Internet constituait, en 1995, 48,4 % de tous les téléchargements des sites commerciaux pour adultes. Bien que cette dernière étude soit contestée, le nombre de sites proposant des photos ou des films mettant en scène des teenagers , des young teens, des schoolgirls, des écolières ou des lolitas, indique une prédilection pour ce genre de pornographie.

Les images créées pour assouvir les fantasmes des consommateurs de la pornographie infantile et qui sont produites à partir d'enfants, de pré-adolescents et d'adolescents sont très souvent le résultat d'abus sexuels. En fait, la pornographie mettant en scène des enfants est, en elle-même, un crime : "La pédopornographie est presque toujours l'enregistrement d'un crime en train d'être commis. Les enfants que l'on voit sur ces photos ont été, au moment où elles ont été prises, exposés à des actes dégradants et humiliants de caractère criminel. Sur certaines de ces images, ils sont battus ou brûlés ou sont exposés aux pires actes de dépravation sexuelle. Ils font l'objet d'une manipulation psychologiquement éprouvante pour les amener à poser de façon obscène avec d'autres personnes, y compris d'autres enfants. Aucune image pornographique d'un enfant n'a été produite sans que l'enfant souffre", peut-on lire dans un document déposé au deuxième Congrès mondial contre l'exploitation des enfants à des fins commerciales tenu à Yokohama. De plus, la pornographie est employée comme moyen pour faire accepter aux enfants des relations sexuelles avec un adulte aussi bien que de les amener à consentir à se prostituer. La pornographie, dont l'un des effets est de banaliser la prostitution, est utilisée par des proxénètes pour enseigner aux filles les actes à exécuter dans la prostitution.

En 2003, les enquêteurs américains ont retracé 250 000 pédophiles présumés à travers le monde à l'aide d'informations concernant des cartes de crédit colligées sur des sites de pornographie infantile. Dans le cadre de cette enquête, en janvier, les forces policières canadiennes dévoilaient l'arrestation de 42 Ontariens et indiquaient que plus de 2 000 Canadiens, dont 400 Québécois, étaient des suspects.

Lire la suite de ce texte de Richard Poulin, sociologue et professeur à l'Université d'Ottawa

Notes

1. Ou encore "plan pétasse".

2. Des ex-stars de la pornographie ont témoigné de la violence sexuelle subie lors de tournages de films. La tendance depuis le milieu des années quatre-vingt est aux gang bang, où une femme est livrée à 10, à 20, à 30... à 100 partenaires.

3. Soit 60,8 milliards USD. Il était de 6 milliards USD en 1983.

4. Soit 22,3 milliards USD.

Plan du site

Plus récents titres du site

Le superministère fédéral de la sécurité

Nous avons reçu ce communiqué de Pierre Dostie (V-P et porte-parole de l'UFP) qu'il nous fait plaisir de reproduire ici en vous invitant, comme d'habitude, à nous faire parvenir vos textes pour publication à l'adresse webmestre@latribuduverbe.com.

Communiqué ñ pour publication immédiate

Le superministère du renseignement et de la répression de Paul Martin : Un geste qui accentue la soumission canadienne aux volontés guerrières de Bush.

Saguenay, le 29 décembre 2003. Le nouveau PM du Canada Paul Martin se promettait d'améliorer les relations avec les États-Unis. Il vient de donner un signe de sa soumission aux politiques étrangères étasuniennes en créant, à la demande de Washington, un superministère à l'image de celui des É.U. : celui de la Sécurité publique et de la protection civile.

Cette décision suscite des appréhensions dans de nombreux milieux qui craignent un accroissement de la répression. Dans ce contexte, l'UFP réitère la proposition de mettre sur pied une vaste coalition de surveillance et de mobilisation pour la défense des droits et libertés comme l'avait fait Opération liberté en 1978.

Un superministère de surveillance et de répression

Le superministère concentre maintenant un ensemble d'organismes qui relevaient auparavant de divers ministères ou portefeuille, notamment le Solliciteur général et la défense nationale. Il s'agit du Bureau de la protection des infrastructures essentielles et de la protection civile, de la GRC, de la prévention du crime, du Service correctionnel du Canada, de la Commission nationale de libération conditionnelle, du Centre des armes à feu, de la nouvelle Agence des services frontaliers et du SCRS (Service canadien de renseignement et de sécurité).

Le PM Martin a également décidé de l'augmentation des effectifs de l'armée de réserve et de la création d'un poste de conseiller à la sécurité nationale auprès du Premier ministre au sein du Bureau du Conseil privé. Le but avoué est d'intégrer l'ensemble des informations et des actions en vue de mieux contrer le terrorisme et les catastrophes naturelles. Toutefois, en regroupant ainsi la plupart des fonctions répressives et de renseignements de l'État fédéral, le gouvernement de Paul Martin s'aligne directement sur les attentes de George Bush qui mène une véritable chasse aux sorcières aux É.U. sous le couvert de la lutte aux terroristes. Il est à prévoir une augmentation de la répression faites à l'endroit des militantEs pour la paix, des syndicats et des étudiantEs défendant leurs droits, des immigrantEs, des réfugiéEs, des voyageurs ou des simples citoyens.

La récente affaire ´Ararª, du nom de ce citoyen canadien déporté en Syrie par les É.U. et emprisonné pendant un an, dans laquelle le rôle du SCRS canadien est encore à éclaircir, le refus de statut aux réfugiés palestiniens, les arrestations massives lors des manifestations d'altermondialistes. ou encore le refoulement récent du chanteur Kurde Armanc dans des circonstances nébuleuses, ne sont que des préludes aux violations des droits fondamentaux qui s'annoncent sous le gouvernement Martin. Rappelons que les lois adoptées depuis le 11 septembre 2001 des deux côtés de la frontière permettent aux policiers d'arrêter et de détenir sans même les informer des motifs quiconque est soupçonné d'être ou de collaborer avec des ´terroristesª dont la définition est large et floue à souhait.

Une Opération liberté 2 ?

Les arrestations massives (plus de 300 personnes) survenues le 28 juillet dernier à Montréal à l'occasion de la réunion de l'OMC, avaient amené un certain nombre d'organisations dont l'UFP à proposer une véritable ´Opération liberté 2ª pour surveiller les agissements des divers appareils répressifs et dénoncer les violations des droits fondamentaux dans divers domaines tels les réfugiés et l'immigration, les mouvements sociaux, syndicaux, de solidarité internationale, etc. Le porte-parole de l'UFP, Pierre Dostie a indiqué que cette question est parmi les priorités de son parti pour l'année qui vient : ´Nous allons relancer les partenaires éventuels afin de concrétiser ce projet de chien de garde de nos droits fondamentaux. Il faut répondre au déficit démocratique qui ne fait que s'accroître depuis que la lutte au terrorisme sert de prétexte à l'établissement d'un État de plus en plus répressif et quasi-totalitaireª.

- 30 -

Pierre Dostie V-P et porte-parole, cel : 418-540-3285

pierre.dostie@ufp.qc.ca.

Union des forces progressistes

1999 Dandurand, Montréal, H2G 1Y8.

Tél : 514-278-9014 sans frais

1-866-278-9014

décembre 28, 2003

Tribu TV: programme double de fin d'année

Pour finir l'année en beauté, il nous fait plaisir de vous présenter deux nouveaux films sur la Tribu TV, deux films rigolos qui risquent de vous arracher un sourire. Tout d'abord, en primeur, nous sommes heureux de partager avec vous un scratch-vidéo décapant signé Andy Mollition, qui s'intitule "Québécon" (téléchargement de 3.8 MB). Nous vous conseillons de le télécharger le plus rapidement possible avant que les avocats de PKP ne se manifestent... On sait jamais! Le second film que vous pouvez visionner est une carte animée de fin d'année, une carte chantée par le "White Ceramic Band" (téléchargement de 1.6 MB), une animation signée Pieuvre (alias François Mercier).

Bon visionnement!

Le plugiciel Quicktime est requis pour visionner ces films. Si vous éprouvez des difficultés à les visionner, écrivez-nous...

La vie humaine n'a pas la même valeur partout!

Je ne voudrais surtout pas caricaturer parce que l'évènement est trop grave pour cela! Aux dernières nouvelles, plus de 20,000 morts et 50,000 blessés en Iran, victimes d'un terrible séisme. Quelques entrefilets dans les journaux et quelques flashs de quelques secondes aux bulletins de nouvelle, bien après la couverture de presse de la vache folle... Cela contraste au plus haut point avec l'événement du 11 septembre où des reporters étaient sur place provenant de partout à travers le monde, et que tout était filmé en direct et sous tous les angles possibles, pendant des semaines durant.

Je veux bien croire que l'un est un acte de la nature alors que l'autre était un acte terroriste, mais une vie humaine est une vie humaine! Les États-Unis bénéficiaient de leur richesse et de la plus haute technologie pour fouiller les décombres, pour indemniser les familles éprouvés et pour ensevelir leurs défunts. Et filmée en ´close upª leur peine semblait bien pire que celle des survivants iraniens qui pleurent la perte des leurs, dans la désolation et dans la pauvreté!

J'ai seulement hâte de voir de quel ordre sera l'aide qu'apportée à l'Iran par les États-Unis, alors qu'ils viennent de dépenser des milliards et des milliards pour servir leurs intérêts dans la guerre en Irak. À l'heure où nous nous souhaitons tous Bonne et Heureuse Année, souvent machinalement et sans grande conviction, apprécions au moins notre chance d'être nés au bon endroit!

décembre 27, 2003

Le Fonds de pension du Canada investit dans l'armement

Tous les gestionnaires de régime de retraite qu'ils soient du secteur public ou du secteur privé ont comme mandat, d'obtenir les meilleurs rendements possibles, afin de s'assurer de pouvoir donner les prestations de retraites aux retraités et aux futurs retraités.

Le Fonds de pension du Canada ne fait pas exception à la règle. C'est pour cette raison, qu'elle investit des sommes d'argents importantes dans les industries d'armements, afin d'assurer l'intégrité du régime de retraite.

À titre d'exemple, le Fonds de pension du Canada possède des avoirs pour une valeur de 127 $ millions répartis dans 15 des 20 plus grandes industries militaires au monde.

Un site web qui est malheureusement en anglais "Stop Canada Pension Plan Investment in War!! nous propose de signer une pétition électronique afin de demander au gouvernement fédéral que le Fonds de pension du Canada cesse ses investissements dans l'industrie militaire.

Pourquoi n'encouragerait-on pas les régimes de retraite de privés de cesser leurs investissements dans l'industrie militaire ?

décembre 26, 2003

Le patronat exige que Noël ne soit plus une journée fériée.

En ce 25 décembre, Gilles Taillon était outré, hier. Il avait, semble-t-il, ses raisons. Plusieurs journalistes ont néanmoins trouvé étrange la décision du président du CPQ de convoquer une conférence de presse le jour de Noël, alors que le temps est à l'habitude voué aux réjouissances.

taillon3.jpg

D'entrée de jeu, Gilles Taillon a exprimé son désarroi:

"À tous les 25 décembre, je ne peux retenir mes larmes, c'est comme un coup de poignard dans la poitrine, je pense à tous ces profits perdus et je me met à pleurer."

"Le jour de Noël est le symbole d'une perte inestimable pour l'économie Québécoise. Combien de salaires sont-ils versés aujourd'hui, à des gens qui ne travaillent pas, qui sont à la maison, à fêter Noël? Combien de magasins, d'usines et de ´fabriquant de servicesª (sic) sont-ils fermés aujourd'hui? Noël nuit à la productivité de notre province, Noël nuit à la croissance économique du Québec! Je ne dis pas que les gens n'ont pas le droit de fêter Noël, je dis simplement que ce n'est pas une raison pour ne pas travailler."

Questionné par téléphone, Patapouf commentait avec entrain la conférence du CPQ :

"Cela me semble intelligent, il me semble que c'est le gros bon sens. Il faut rappeler que nous avons eu un mandat très clair de la population, les gens veulent que les choses soient faites différemment, je ne vois pas ce qu'il y a de mal à abolir Noël si ça peut être bénéfique pour la croissance économique du Québec. Il faut demeurer compétitif. Et en plus, ça permettra aux citoyens de profiter d'une journée de boxing day supplémentaire!"

décembre 24, 2003

Pour une Société Protectrice des Mascottes?

Il y a beaucoup d'oppression et d'injustice en ce monde. Même durant la période des Fêtes, les bulletins de nouvelles continuent de rapporter les drames qui affligent nos contemporains, quoique teintés d'une petite touche de "magie des fêtes". Hier, la plupart des médias reprenaient en coeur l'histoire de cette mascotte de Nez Rouge qui a été rudoyée selon certains, tabassée selon d'autres, lors d'un party de policiers à Trois-Rivières, ce qui laisse sous-entendre que ce sont des policiers qui ont violenté la pauvre mascotte. Événement isolé ou symptôme du niveau de cynisme de la société?

L'année 2003 aura été des plus éprouvante pour les mascottes. Leur association réclamait cet été le retrait des publicités de Bell Canada sous le thème de "Job Poche", campagne publicitaire mettant en vedette des mascottes violentées par des jeunes. L'association affirmait que ces messages publicitaires influençaient de façon prononcée l'agressivité des gens envers les mascottes, et que les agressions envers ses membres, heureusement rembourrés pour la plupart, augmentaient en flèche. La campagne a d'ailleurs été retirée suite aux pressions.

Plusieurs personnes pensent, à tort, que les mascottes sont bien rembourrées pour faire face aux coups. Dans un souci d'économie, la bourrure de plusieurs de ces costumes est de mauvaise qualité. Selon certains témoignages, on a vu des costumes rembourrés avec de l'isolant rose fiberglass et même, il y a plusieurs années, des costumes rembourrés à la MIUF.

En entrevue sur les ondes de TQS hier, Pierre Deschênes, le directeur de l'école des mascottes (et oui, il y a une école des mascottes), nous informait que la plupart du temps, ce ne sont pas les jeunes qui se défoulent sur ces adorables créatures, mais bien les adultes qui "agressent" les mascottes, en leur donnant des coups de pieds au cul, en leur tirant la queue, en leur pognant l'entrejambe pour connaître leur sexe, etc.

Sous le couvert de l'anonymat, cette mascotte nous a confié que son costume n'était pas lavé assez souvent, et qu'en plus de dégager une odeur nauséabonde qui incommode ses quarts de travail, c'est la troisième fois cette année qu'il attrappe des champignons. En ajoutant la hausse des agressions, les conditions de travail des mascottes sont si mauvaises qu'on se demande ce qui peut motiver quelqu'un à devenir mascotte en ces temps troubles, si ce n'est l'appât du gain.

On sait en effet que parmi les mascottes célèbres, certaines ont pu se hisser à des postes de pouvoir importants grâce à leur notoriété publique. On n'a qu'à penser à Youppi, cette sympathique mascotte orange des Expos, qui, incognito, en dehors de son costume, se faisait appeler Roger D. Landry et occupait la fonction d'éditeur en chef du journal La Presse. À Stockwell Day qui troquait son wet-suit pour incarner Barney le dinosaure. Ou encore à Patapouf, la mascotte du Patronat, qui a même réussi à devenir Premier Ministre du Québec!

L'association des Pères Noël a refusé de commenter la rumeur selon laquelle la mascotte jouflue et cramoisie de Coca-Cola, omniprésente durant le temps des Fêtes, songerait à profiter de cette visibilité médiatique afin d'organiser un syndicat des mascottes pour remédier aux abus dont sont quotidiennement victimes ses confrères et consoeurs. Toujours selon les rumeurs, Patou ou le Bonhomme Carnaval seraient disposés à devenir porte-parole pour ce nouveau syndicat, qui fera du lobbying auprès du gouvernement afin de faire valoir les droits de ses membres. C'est un dossier à suivre...

décembre 23, 2003

Nouvel attentat terroriste aux États-Unis

Ben Laden frappe encore, là où on ne s'y attendait pas!

décembre 22, 2003

Intimidation et liberté d'expression

C'est arrivé à Sherbrooke!!!

Présence de militaires à Sherbrooke, ça vous dit quelque chose? Voici un texte d'opinion au sujet d'incidents survenus dans cette paisible ville (héhé) lors de cette "semaine militaire". Le voici avec un peu de retard, mais il n'a rien perdu de sa pertinence...

logo_sherby.jpg

Lettre d'opinion envoyée à La Tribune le 03 décembre 2003

Intimidation et liberté d'expression

Dimanche le 30 novembre dernier avait lieu une marche pacifique à Sherbrooke pour dénoncer la présence militaire dans un espace urbain comme Sherbrooke ainsi que le rôle ´politico-militaireª de l'armée canadienne en Afghanistan. Sans aller, à ce moment-ci, sur le fond du débat, nous tenons à attirer l'attention des lecteurs et lectrices sur quelques éléments ´troublantsª concernant le rôle de la police municipale lors de cette marche pacifique ayant rassemblée environ 300 personnes. Malgré une bonne collaboration de la police municipale concernant le contrôle du trafic pour sécuriser le trajet des marcheurs et marcheuses, la présence d'un nombre très élevé de policiers (incluant une escouade ´anti-émeuteª d'une vingtaine de policiers...) nous semble nettement exagéré. Cependant, deux éléments nous troublent davantage.

Premièrement, plus d'une dizaine de policiers filmaient ou photographiaient les marcheurs et marcheuses créant ainsi une atmosphère ´suspecteª, comme si nous étions des criminels en liberté ou en puissance. Ce type de présence policière relève davantage de l'intimidation visant à briser les mouvements de contestation socio-politiques contre les politiques et orientations gouvernementales que de la ´prévention criminelleª. D'ailleurs, ce type d'intimidation s'est beaucoup développé depuis quelques années déjà mais se produit de façon de plus en plus accentué. Évidemment, les personnes participant à de telles marches ou manifestation pour la première fois ont raison de craindre l'utilisation de ces photos ou films (pour leur travail ou autres...), les décourageant ainsi à venir exprimer librement et publiquement leurs opinions.

Deuxièmement, prolongeant quelque peu la marche ´officielleª, une cinquantaine de jeunes ont poursuivi celle-ci et était à cinq minutes de terminer lorsque des policiers ont violemment projeté un marcheur par terre, ´maîtriséª par quatre-cinq policiers pour ensuite le ´jeterª dans une camionnette non identifiée pour le transporter au poste de police, et ce, en moins d'une minute!!! Tout de suite après cette arrestation brutale, plus d'une vingtaine de policiers casqués, ´padésª et matraques en main sont descendus de mini-bus pour former une ´haieª en face des marcheurs et marcheuses. Le tout s'étant déroulé devant une vingtaine de témoins qui étaient présents dans un bar face au lieu du déroulement des évènements... Cette démonstration de force non-justifiée et nettement exagéré par l'arrestation brutale d'un marcheur pacifique suivi du déploiement de ´l'anti-émeuteª de la police municipale ne relèvent que de la provocation et de l'intimidation pure dans une contexte d'une marche demeurée pacifique. Soulignions que depuis l'élection de gouvernement Charest, la police municipale semble s'orienter davantage vers ce type d'intervention. D'ailleurs, peut-être était-elle pressée ´d'étrennerª ses ´jouetsª tous neufs ´de contrôle de fouleª...

Enfin, soulignons que la police municipale a agit une fois que les médias avaient quitté et, de façon très curieuse (le hasard faisant bien les choses...), cette scène d'arrestation suivi du déploiement de ´l'anti-émeuteª ne semble pas avoir été filmé par ces mêmes polices malgré tout leur attirail qui leur ont permis de prendre des centaines de photos et mètres de films... Si jamais le service de police a filmé ces scènes, pourquoi ne pas les rendre publiques ???

En tant que représentant-e-s des organismes ayant organisé la marche pacifique du 30 novembre 2003, nous nous indignons devant cette montée d'intimidation et de répression policière et dénonçons fermement ces tactiques policières pour nous ´faire taireª. Nous lançons un message très clair aux forces policières et aux instances politiques responsables de celles-ci : vous ne parviendrez pas à nous faire taire devant des injustices sociales flagrantes malgré vos méthodes d'intimidation et de répression.

Fernand D'Ascanio du Conseil régional de la FTQ

Philippes Viens du Rassemblement des jeunes de Sherbrooke

Gabriel Dumas de l'Association étudiante du Collège de Sherbrooke

Normand Gilbert de Solidarité Populaire Estrie

Pas de répit pour les Américains

Après le positiviste "Agent Glad", voici l'alarmiste "Agent Orange".

Jean qui rit, Jean qui pleure

jean_rit_pleure.jpg

Jean Charest s'est ri de tout le monde en adoptant à la sauvette en 2003, ses politiques impopulaires. Anticipons qu'il aura plutôt le coeur à pleurer en 2004, s'il continue à refuser tout compromis du haut de sa tour d'ivoire.

En souvenir Dumont temps...

L'année 2003 aura été une véritable montagne russe pour l'Action Démocratique du Québec et son charismatique chef Mario Dumont. En début d'année, avec les sondages en sa faveur et la couverture médiatique qui le portait aux nues, Mario se voyait déjà Premier Ministre du Québec, ou chef de l'Opposition, au minimum. Il n'aura finalement même pas obtenu le statut officiel à l'Assemblée avec ses quatre sièges, et chaque siège aura coûté 1 864 798 $ au Parti, ce qui constitue le pire rapport qualité-prix de toute l'histoire électorale québécoise. Plusieurs personnes s'ennuyent de pouvoir parodier le député de Rivière du Loup. À preuve, nous avons récemment reçu deux montages mettant en vedette le chef de l'ADQ...

Voici le premier montage, signé Nérus. Il écrit: "Pauvre Mario, sa vie est bien différente depuis sa défaite au élection...".

Et voici le second montage que nous avons reçu, signé Pyrrhon.

KALA JATHA : Carnaval Social Mondial 2004

flyerkala.jpg

Afin de célébrer la contribution de la délégation québécoise à la création d'un ´Autre Mondeª plus juste et solidaire et sa participation au Forum social mondial 2004, le Club Soda accueille cette année le

CARNAVAL KALA JATHA

De Porto Alegre à Mumbai

Vendredi le 9 janvier 2004, 20h30

CLUB SODA ñ 1225 St-Laurent

flyerkala.jpg

Invitation

Afin de célébrer la contribution de la délégation québécoise à la création d'un ´Autre Mondeª

plus juste et solidaire et sa participation au Forum social mondial 2004,

le Club Soda accueille cette année le

CARNAVAL KALA JATHA

De Porto Alegre à Mumbai

Vendredi le 9 janvier 2004, 20h30

CLUB SODA ñ 1225 St-Laurent

Billets 15$ en vente au Club Soda et à Alternatives

Kala Jatha signifie "procession culturelle" en hindi

Le comité québécois pour le FSM 2004 vous invite à un Kala Jatha festif et coloré avec la participation de...

SYNCOP et SENAYA (gagnante du festival international de la chanson de Gramby),

ZWA,

KALMUNITY,

Des membres de SHALABI EFFECT,

KUMPA'NIA,

LES 7 COULEURS DE L'ARC-EN-CIEL,

DJ DEXTER et une foule d'invités surprise!

Présentation spéciale de la troupe multidisciplinaire SOLUNA

Animation de CHRISTIAN VANASSE des Zapartistes

Pour sa quatrième édition, le Forum social mondial (FSM) se déplace en Inde, dans la ville de Mumbai. Le FSM est un espace privilégié de discussion, d'échanges et de rencontre pour des milliers de militants progressistes et organisations provenant de tous les continents, qui croient en un monde plus juste et solidaire. Ce mouvement mondial de plus en plus fort vise à bâtir des alternatives aux modèles proposés par le néo-libéralisme actuel.

Le CARNAVAL KALA JATHA veut médiatiser les enjeux du FSM tout en faisant la promotion de la culture indienne et donner ainsi envie aux gens de suivre l'actualité du Forum, du 16 au 21 janvier 2004 et de contribuer à son rayonnement au Québec. Le Kala Jatha est aussi un moyen primordial de financement pour la délégation du Comité Québécois pour le FSM. Ce comité est composé d'une quinzaine de membres provenant de plusieurs organismes qui se rendront à Mumbai pour contribuer au débat et rapporter au Québec de nouvelles énergies et idées pour la construction d'un monde meilleur.

Pour faire un pied de nez à l'hiver tout en appuyant une bonne cause,

joignez-vous à nous pour cette célébration festive !

N'hésitez pas à nous contacter en appelant Catherine Binette au (514) 982-6606 ou par courriel catalina@alternatives.ca

Les organismes membres du Comité Québécois pour le FSM :

Alternatives, Centre des Médias Alternatifs du Québec (CMAQ), CFNJ, CKUT, Credil, Conseil Central Montréal Métropolitain (CCMM), Campement de la jeunesse du Québec, Éco-quartier Peter-McGill, Radio Centre-Ville)

décembre 20, 2003

Après le ministre des finances, Gilles Taillon menacé par les syndiqués

Tout a commencé avec cette altercation survenue jeudi soir dernier entre le ministre des finances, Yves Séguin, et des syndiqués de la FTQ.

Les syndiqués n'allaient pas s'arrêter là!!! Hier soir, stupéfaction: Gilles Taillon, dit le souriant, avait disparu. Le conseil du patronat a tenu à s'expliquer: Notre président, Gilles Taillon, n'est pas réellement disparu, mais il est vrai qu'il a perdu son sourire depuis que le ministre Séguin s'est fait bousculer par des syndiqués en colère. Monsieur Taillon craint être la prochaine cible des mécontents".

À ce sujet, des sources sûres mais anonymes nous ont assurées que M. Taillon traînait depuis peu des petites bobettes de rechange dans son attaché-case, sous prétexte qu'il lui arrivait de "faire dans ces culottes" depuis quelques jours déjà. "Il faut comprendre que c'est plutôt embarrassant que de parler business avec quelqu'un qui sent la m.... Monsieur Taillon ne fait que prendre ses précautions".

En visitant le site du Conseil du patronat hier soir, la photo de Gilles Taillon était introuvable. Des syndiqués de la FTQ (encore eux) ont revendiqué l'attentat. "C'est nous qui avons piraté le site du CPQ; on commence avec la photo, tout-à-l'heure on s'occupera du véritable souriant".

I'm a us marine

Specialist in the U.S. Army wrote to me (Michael Moore) this week about the capture of Saddam Hussein:

ìWow, 130,000 troops on the ground, nearly 500 deaths and over a billion dollars a day, but they caught a guy living in a hole. Am I supposed to be dazzled?î

Voici ce que la newsletter de Michael Moore nous apprenait aujourd'hui... Évidemment, il y aura des détracteurs qui argumenteront que tout ça a pu être inventé. Personnellement, tout ce qui est écrit ci-bas me semble gênant, du moins je serais gêné d'être américain en lisant ça. Désolé pour l'anglais!

Letters the Troops Have Sent Me... by Michael Moore

December 19, 2003

As we approach the holidays, I've been thinking a lot about our kids who are in the armed forces serving in Iraq. I've received hundreds of letters from our troops in Iraq -- and they are telling me something very different from what we are seeing on the evening news.

What they are saying to me, often eloquently and in heart-wrenching words, is that they were lied to -- and this war has nothing to do with the security of the United States of America.

I've written back and spoken on the phone to many of them and I've asked a few of them if it would be OK if I posted their letters on my website and they've said yes. They do so at great personal risk (as they may face disciplinary measures for exercising their right to free speech). I thank them for their bravery.

Lance Corporal George Batton of the United States Marine Corps, who returned from Iraq in September (after serving in MP company Alpha), writes the following:

ìYou'd be surprised at how many of the guys I talked to in my company and others believed that the president's scare about Saddam's WMD was a bunch of bullshit and that the real motivation for this war was only about money. There was also a lot of crap that many companies, not just marine companies, had to go through with not getting enough equipment to fulfill their missions when they crossed the border. It was a miracle that our company did what it did the two months it was staying in Iraq during the war.... We were promised to go home on June 8th, and found out that it was a lie and we got stuck doing missions for an extra three months. Even some of the most radical conservatives in our company including our company gunnery sergeant got a real bad taste in their mouth about the Marine corps, and maybe even president Bush.î

Here's what Specialist Mike Prysner of the U.S. Army wrote to me:

ìDear Mike -- I'm writing this without knowing if it'll ever get to you...I'm writing it from the trenches of a war (that's still going on,) not knowing why I'm here or when I'm leaving. I've toppled statues and vandalized portraits, while wearing an American flag on my sleeve, and struggling to learn how to understand... I joined the army as soon as I was eligible ñ turned down a writing scholarship to a state university, eager to serve my country, ready to die for the ideals I fell in love with. Two years later I found myself moments away from a landing onto a pitch black airstrip, ready to charge into a country I didn't believe I belonged in, with your words (from the Oscars) repeating in my head. My time in Iraq has always involved finding things to convince myself that I can be proud of my actions; that I was a part of something just. But no matter what pro-war argument I came up with, I pictured my smirking commander-in-chief, thinking he was fooling a nation..."

An Army private, still in Iraq and wishing to remain anonymous, writes:

ìI would like to tell you how difficult it is to serve under a man who was never elected. Because he is the president and my boss, I have to be very careful as to who and what i say about him. This also concerns me a great deal... to limit the military's voice is to limit exactly what America stands for... and the greater percentage of us feel completely underpowered. He continually sets my friends, my family, and several others in a kind of danger that frightens me beyond belief. I know several other soldiers who feel the same way and discuss the situation with me on a regular basis.î

Jerry Oliver of the U.S. Army, who has just returned from Baghdad, writes:

ìI have just returned home from "Operation Iraqi Freedom". I spent 5 months in Baghdad, and a total of 3 years in the U.S. Army. I was recently discharged with Honorable valor and returned to the States only to be horrified by what I've seen my country turn into. I'm now 22 years old and have discovered America is such a complicated place to live, and moreover, Americans are almost oblivious to what's been happening to their country. America has become "1984." Homeland security is teaching us to spy on one another and forcing us to become anti-social. Americans are willingly sacrificing our freedoms in the name of security, the same Freedoms I was willing to put my life on the line for. The constitution is in jeopardy. As Gen. Tommy Franks said, (broken down of course) One more terrorist attack and the constitution will hold no meaning.î

And a Specialist in the U.S. Army wrote to me this week about the capture of Saddam Hussein:

ìWow, 130,000 troops on the ground, nearly 500 deaths and over a billion dollars a day, but they caught a guy living in a hole. Am I supposed to be dazzled?î

There are lots more of these, straight from the soldiers who have been on the front lines and have seen first hand what this war is really about.

I have also heard from their friends and relatives, and from other veterans. A mother writing on behalf of her son (whose name we have withheld) wrote:

ìMy son said that this is the worst it's been since the "end" of the war. He said the troops have been given new rules of engagement, and that they are to "take out" any persons who aggress on the Americans, even if it results in "collateral" damage. Unfortunately, he did have to kill someone in self defense and was told by his commanding officer ëGood kill.'

"My son replied ëYou just don't get it, do you?'

"Here we are...Vietnam all over again.î

From a 56 year old Navy veteran, relating a conversation he had with a young man who was leaving for Iraq the next morning:

ìWhat disturbed me most was when I asked him what weapons he carried as a truck driver. He told me the new M-16, model blah blah blah, stuff never made sense to me even when I was in. I asked him what kind of side arm they gave him and his fellow drivers. He explained, "Sir, Reservists are not issued side arms or flack vests as there was not enough money to outfit all the Reservists, only Active Personnel". I was appalled to say the least.

"Bush is a jerk agreed, but I can't believe he is this big an Asshole not providing protection and arms for our troops to fight HIS WAR!î

From a 40-year old veteran of the Marine Corps:

ìWhy is it that we are forever waving the flag of sovereignty, EXCEPT when it concerns our financial interests in other sovereign states? What gives us the right to tell anyone else how they should govern themselves, and live their lives? Why can't we just lead the world by example? I mean no wonder the world hates us, who do they get to see? Young assholes in uniforms with guns, and rich, old, white tourists! Christ, could we put up a worse first impression?î

(To read more from my Iraq mailbag -- and to read these above letters in full -- go to my website: http://www.michaelmoore.com/books-films/dudewheresmycountry/soldierletters/index.php)

Séguin bousculé par des syndiqués en colère

seguin.jpg

Vous pouvez voir sur cette photo (prise sur le vif) le ministre Séguin qui s'apprête à dégainer son pistolet (dissimulé sous sa veste) pour se défendre contre les syndiqués en colère. Bien sûr, cette histoire de pistolet est inventée. Voici néanmoins ce que Patapouf avait à dire au sujet de cet incident survenu le 18 décembre (et ceci n'est pas une blague):

M. Charest a nié que cet incident soit un signe que le climat se détériore. "Le climat est très sain au Québec. Il y a des gens qui, délibérément, posent des gestes comme ça, dans certains cas parce qu'ils pensent que c'est une façon d'ameuter l'opinion publique, mais ils se trompent. Le contexte, le climat au Québec est très sain, est très bon."

extrait de Cyberpresse

http://www.cyberpresse.ca/politique/article/1,153,1925,122003,532843.shtml

décembre 19, 2003

Les Québécois insatisfaits de Patapouf

Bien entendu, ces sondages orchestrés simultanément hier par TVA et Cyberpresse (si vous cliquez "lire la suite") n'ont aucune prétention scientifique; malgré tout, je ne savais pas que le site de TVA et de Cyberpresse avaient autant de syndiqués parmi leur lectorat (puisque Patapouf ne cesse de les identifier comme étant LES SEULS insatisfaits de sa gouvernance...)

Méchant Cadeau!

Le titre dit tout ! ;-)

On aime

Le gouvernement Charest a imposé le bâillon pour faire adopter rapidement les projets de loi que les leaders syndicaux ont décidé de combattre par tous les moyens. Il ne servirait à rien de prolonger les débats (quels débats???), puisque les chefs syndicaux ne veulent rien d'autre que le retrait de ces projets de loi, alors que la population semble les appuyer (hein?!?!?). Les syndicats se nuisent en multipliant les gestes d'intimidation et en prenant la population en otage.

- Tiré des pages éditoriales du Journal Les Affaires, section on aime/on n'aime pas, 20 décembre 2004

Dans notre recherche à rassembler des gens qui désirent argumenter sur des sujets sociaux comme nous le faisons ici, il faut avouer qu'il est rare que l'on retrouve des propos qui s'opposent vraiment. Si on oublie les débats sur le sexisme, bien sûr!

De mon côté, j'essaie de me tenir au courant des arguments et des opinions des gens qui pensent "à droite toute". Ce qui me pousse à l'occasion à lire l'hebdo Les Affaires (Transcontinental). Un journal d'affaires il va s'en dire dans lequel on retrouve souvent des perles dans les pages éditoriales.

Je vous invite à laisser des adresses de sites, genre "blog", de la droite québécoise, question d'aller les polluer un peu. Après avoir lu des âneries sur les forums de cyberépaisse, j'ai vraiment envie de me défouler... Merci de votre collaboration.

Et Patabush alors?

destituons_patabush.jpg

´Je suis jaloux de voir toute la notoriété que le projet "Destituons Patapouf" donne à Charest (qui est plus beau sur l'affiche cornichonnienne que dans la réalité). En temps que président des États-Unis d'Amérique, je vous en prie, faites-moi aussi un projet de destitution... J'en ai bien besoin pour mon image!ª Signé: Patabush

décembre 18, 2003

Couverture du Voir

20031218.jpg

Cette toute dernière couverture du journal Voir me rappelle vaguement quelque chose, mais je ne sais plus trop quoi exactement...

"Je ne me souviens plus"...

Jean Charest au pays des In(di)cas.

décembre 17, 2003

Concours de sosies

Dernièrement se tenait un grand concours de sosies de Saddam Hussein. Le candidat de droite n'a pas été choisi.

concours_sosies.jpg

Le gouvernement du Québec est-il démocratique?

Le gouvernement du Québec a finalement réussi à adopter le baillon afin de pouvoir adopter avant les vacances des fêtes les lois les plus impopulaires que le Québec ait connu depuis plusieurs années.

L'utilisation de ce baillon permet donc au gouvernement de ne pas discuter des projets de lois déposés avec l'opposition officielle et de les améliorer par des amendements si nécessaire, en procédant ainsi le gouvernement agit en "despote".

L'attitude de M. Charest envers l'opposition officielle démontre un signe de mépris complet de la démocratie, et un total manque de respect envers les électeurs qui ont élus des députés du PQ.

M. Charest aurait-il oublié ce que disait Abraham Lincoln: "La démocratie c'est le gouvernement du peuple, par le peuple pour le peuple" et démocratie ne doit pas seulement favoriser des intérêts particuliers (CPQ) au détriment de la collectivité.

décembre 16, 2003

Saint-Charles-Borromée: les mauvais traitements se poursuivent

Des rapports confidentiels font état de lavements de cerveaux.

Le charlatan, le pigeon, les groupes populaires et le milieu syndical

Nous avons reçu ce texte de André Bleuler qui écrit: "je trouvais important de sensibiliser les camarades aux dangers généraux du charlatanisme". Nous vous invitons, comme toujours, à nous faire parvenir vos textes pour publication à l'adresse webmestre@latribuduverbe.com.

LE CHARLATAN

Fini le folklore! Le charlatan moderne ne se promène pas de village en village à dos de carriole. Il ne vend pas de sirop qui "guérit tout" à base de venin de serpent. Le charlatan moderne est un homme d'affaire prospère à la tête d'une chaîne de magasins ou d'une entreprise à paliers multiples. Il exploite les moyens de communication modernes. Il a une chronique dans le journal. Il fait de la publicité à la radio et à la télévision. Le charlatan est un funambule très habitué à se tenir sur la corde raide qui sépare le bon droit de la criminalité. Il compose adroitement avec les ambiguïtés et flirte avec des organigrammes inspirés des pires sociétés pyramidales.

Face à la science, il se conduit comme un caméléon. Le charlatan est parfois un professionnel de la santé bardé de diplômes qui, pour la circonstance, ferme l'oeil de la rigueur scientifique pour n'ouvrir que celui de la cupidité commerciale. À défaut de vrais diplômes, il s'arroge un titre vide de contenu, mais bien ronflant. Pour gagner notre confiance, il porte un sarrau blanc et parle avec un vocabulaire emprunté à la science. Par contre, lorsque de vrais scientifiques démasquent ses supercheries, le charlatan change de discours. Il joue alors la carte du chercheur en "avant de son temps". Il évoque le nom de Galilé et inscrit son nom sur la liste des génies méconnus et persécutés. Il lui arrive aussi de tomber dans les lieux communs, de dénoncer la "science officielle" et de lui opposer un savoir empirique ou une science chinoise millénaire.

En fait, le charlatan change continuellement son apparence suivant les opportunités. Champion de marketing, il sait reconnaître nos cordes sensibles. Il se déguise rapidement à l'image de nos désirs. Il s'engouffre dans la moindre de nos faiblesses pour nous vendre une camelote transformée en remède par ses mensonges et surtout par notre propre imaginaire.

LE PIGEON

Le charlatan a, en effet, la meilleure des complices : le pigeon qui meuble sa clientèle. C'est le pigeon, la victime des illusions, qui nourrit le charlatan. C'est aussi le pigeon qui revendique le status légal du charlatan devant les organismes officiels et qui va défendre le charlatan lorsqu'il se trouvera aux prises avec la justice.

Pourquoi, le pigeon est-il un complice aussi engagé et aussi polyvalent? Parce que le charlatan est parvenu à découvrir un besoin fondamental et frustré chez son pigeon. En lui offrant un remède qui répondait illusoirement à ce besoin, le charlatan est entré dans une dynamique de dépendance complexe et fondamentale. Une fois le feu allumé, c'est le pigeon lui-même qui alimente la fournaise des illusions. Une fois que le charlatan est parvenu à faire croire à sa victime qu'il peut répondre à l'un de ses besoins fondamentaux jusque là frustré, ou à faire naître l'espoir d'un guérison impossible, la victime est si heureuse que rien ne semble pouvoir la détourner de son espoir. La victime défend elle-même avec énergie l'illusion que le charlatan a fait naître en elle.

Le meilleur pigeon n'est donc pas nécessairement la jeune fille naïve qui veut suivre les diètes à la mode, ni la personne analphabète ou mal informée. Le meilleur pigeon est la personne qui, d'une part, présente un besoin fondamental frustré et qui, d'autre part, est suffisamment exposée aux médias qu'elle s'en trouve exposée aux mensonges du charlatan qui les utilise.

La médecine moderne de guérit pas tout. Malgré les succès incontestables de la recherche scientifique en santé, plusieurs maladies mortelles, douloureuses ou handicapantes demeurent encore incurables. On peut penser au cancer et au sida. Il faut aussi penser à de plus petits mals récurrents qui ne tuent pas mais qui alourdissent l'existence et pour lesquels la médecine ne peut pas grand-chose: fibromialgie, maux de dos chroniques, allergies, etc.

Il existe donc tout un bassin de clients potentiels que peut exploiter un escroc avisé. En effet, le bon sens, le jugement et l'esprit critique sont des qualités qui se dissolvent rapidement au contact de la douleur ou de la peur de mourir. L'escroc sait mieux que tout autre faire naître l'espoir chez les désespérés.

Mais la douleur et la peur de mourir de sont pas les seules circonstances qui nous rendent vulnérables aux mensonges des vendeurs d'illusions. Nos besoins, nos déceptions et nos colères légitimes peuvent ouvrir une brèche dans notre esprit critique dans laquelle l'escroc s'engouffre sans aucun scrupule. Même notre esprit critique peut paradoxalement devenir un ennemi circonstanciel. Lorsque notre attention est trop absorbée par un ennemi conjoncturel, l'escroc s'infiltre par en arrière et se fait passer pour notre allié qui nous propose une alternative.

LES GROUPES POPULAIRES

Ce n'est pas à tort que l'on associe le charlatanisme à la doite. Il est certain que les grands courants de droite alimentent des formes particulières de charlatanismes qui conviennent mieux à leurs valeurs propres. Mais cette affinité ne leur est pas exclusive. Les groupes populaires et, de manière plus générale, les milieux de gauche présentent aussi certaines cordes que peuvent exploiter les charlatans. C'est à ces dernières que j'ai voulu m'arrêter aujourd'hui.

Notre première faille est notre tendance rebelle, notre méfiance viscérale face aux représentations et aux représentants de "l'ordre établi". Hanté par le "complexe de David", nous avons tendance à nous solidariser avec tout ce qui semble "petit", rebelle et qui s'oppose à ce qui est grand, gros, riche ou conforme.

Notre hostilité face aux grandes compagnies pharmaceutiques et à certains ordres professionnels est si profonde que nous en venons à nous méfier de tout ce qui entoure ces personnes et ces institutions, y compris la science elle-même. Évoquer des arguments scientifiques n'est pas une pratique très courante ni très valorisé dans les milieux de gauche, à moins que le terme science ne soit transmuté par un quelconque amalgame (science chinoise, science tibétaine, science amérindienne, science oubliée, etc). En contrepartie, toute personne qui semble vouloir affronter "l'establishment" médical ou scientifique reçoit presque immédiatement notre sympathie.

Notre deuxième faille est notre mépris de la société industrielle qui nous exploite, qui nous aliène et qui nous empoisonne. À cette industrialisation sauvage qu'illustre le film "Les temps modernes", le chef d'oeuvre de Charlie Chaplin, nous opposons une conception naïve d'une "nature" que l'on voudrait croire fondamentalement bonne ou, à tout le moins, meilleure que la société industrielle dont nous souffrons. Toute personne qui s'inscrit dans un discours "naturaliste" et anti-industriel éveille immédiatement notre intérêt.

Bien sûr, les militants de gauche ne sont pas des cruches que l'on peut emplir sans difficulté. Par contre, si un escroc parvient à tenir un discours vraisemblable tout en faisant vibrer nos cordes sensibles rebelles et naturalistes, il a de bonne chance de se trouver des clients et peut-être même des apôtres. Une fois le militant de gauche gagné à la cause du charlatan, il est difficile de le ramener à la raison. Par nature, le militant se méfie de tout argument discordant qu'il attribuera à la mauvaise foi de son interlocuteur : "Vous êtes en conflit d'intérêt parce que vous êtes médecin, pharmacien, etc"; "Vos recherches sont biaisées parce qu'elles ont été financées par les compagnies pharmaceutiques"; etc.

Aussi, n'est-il pas rare de voir des associations de consommateurs, des groupes populaires de défenses de droits des malades mentaux se faire l'écho d'un discours initialement tricoté par des charlatans qui avaient un remède, une technique ou une autre forme d'attrape à vendre.

Les idées "nouvelâgeuses" se sont si bien répandues qu'à une certaine époque même certains ordres professionnels se sont fait prendre dans ce piège.

LES SYNDICATS

Plus la densité des militants de gauche est importante dans un syndicat, plus il est exposé aux illusions du charlatanisme Nouvel-¬ge. Dans une organisation syndicale on rencontre en plus une tentation supplémentaire : Élargir son membership. Il suffirait à des charlatans de s'organiser en syndicat d'artisans pour qu'une grande centrale syndicale de gauche soit tentée de les attirer dans son giron.

décembre 15, 2003

CNN et la "culture de la peur"

Michael Moore, dans son film "Bowling for Columbine" a beaucoup insisté sur ce qu'il nommait la "culture de la peur", cet outil de manipulation de l'opinion publique suffisamment puissant pour, notamment, faire la guerre à n'importe qui et pour n'importe quoi.

Force est de constater que CNN collabore activement à cet effort de propagande du gouvernement américain, au point de fournir des "email alerts" modifiables à leur lectorat du web...

Tintin-Charest

crystalCharest.jpg

Jean Charest et la boule de crystal.

Soirée de projections des Lucioles

C'est demain soir qu'aura lieu la prochaine soirée de projections des Lucioles. Vous pourrez y voir plusieurs courts-métrages de ce groupe de vidéastes engagés, ainsi que la première pub vidéo pour www.destituonspatapouf.com, montée par François Mercier. Le tout sur grand écran! C'est un rendez-vous!

Le collectif des LUCIOLES présente:

Le mardi, 16 décembre

à l'Alizé (900 rue Ontario Est, 523-0622; métro Berri-UQAM)

dès 20h00 (portes à 19h00)

contribution volontaire

Des courts métrages sur l'autogestion en Suisse, le vol socialement acceptable, le patinage artistique, la forêt René-Levasseur et un tas d'autres sujets politiques censurés à la télé...

REPRISE

JEUDI 18 DÉCEMBRE

CAFÉ PETITE GAULE

20H

2525 RUE CENTRE

Métro: Charlevoix

pointe st-charles

Tél: 931-1919

contribution volontaire

Collectif des Lucioles

[vidéastes engagéEs]

leslucioles@ziplip.com

Soirée bénéfice

Rebelles sans frontière vous invite cordialement le mardi, 16 décembre, de 7:30pm à 3:00am:

TERRORISME D'ÉTAT

Conférences et party bénéfice

Lieu:

Comité social Centre-Sud, 1710 Beaudry (métro Beaudry).

Le déroulement de la soirée se fera ainsi:

19h30

* Souper gratuit par Agite-Bouffe

Et série de conférences : Répression d'ici et d'ailleurs dans un contexte de lutte anti-terroriste

* Guerre de Basse Intensité

et Prisonniers-ères Politiques au Mexique

Comité Libertad

* Guerre Sale et Répression Meurtrière en Colombie

Militante pour Justicia y Paz de retour de Colombie

* Répression au Quotidien : Répercussion de la lutte au terrorisme au Moyen-Orient Jawad Scalli, politicologue, spécialiste du monde arabe, ex-prisonnier politique au Maroc

* Terrorisme de l'État Canadien

Mesures répressives en immigration : déportations et certificats de sécurité

Par François Van Vleid

du Collectif Opposé à la Brutalité Policière (COBP)

Criminalisation de la Résistance

Denis Barette,

avocat et militant à la Ligue des Droits et Liberté

21h30

Prestation du groupe ZURUBA (22 percussionnistes qui font de la musique afro-brésilienne!!!)

22h20 à ...

DJ MARSANZ et compagnie

Tous les benefices de cette soirée

seront remis a la defense des trois freres Cerezo, prisonniers politiques mexicains.

Contribution volontaire

Biere 2$

Table d'infos de nombreux groupes de la région de Montréal

Service de garderie gratuit, contactez l'auteur de se message

piknic54@hotmail.com

Venez en grand nombre!

Anarchiquement vôtre,

Jean Rage

Organisée par

ASE-REBELLES SANS FRONTIERE

AFESH.

décembre 14, 2003

Plus que 11 jours

Hé oui, plus que 11 jours mesdames et messieurs

12 dodos seulement

 tes-vous excités ? Avez-vous hâte ?

Dans 11 jours très exactement, ce sera la veille du plus beau jour de l'année

... Le Boxing day

Juste 11 jours, pensez-y

Dans 11 jours, vous allez être à la veille d'aller vous geler le cul

Sur les trottoirs de la rue Ste-Catherine

Pour acheter le plus récent disque de votre bossu d'opérette préféré

Ou de votre grande chanteuse kétaine de Casino préférée

Et ce pour la modique somme de 2 ou 3 piastres et 99 cents chacun

Enfin, vous aller pouvoir enrichir votre discothèque

De plusieurs nouvelles chansons poches et insipides

Juste à temps pour la nouvelle année

Dans 11 jours vous aller être à la veille de retrouver vos amis

Vos grands copains de magasinage

Ceux que vous avez connus il y a 3 ans

Et que vous avez revus il y a 2 ans et l'an dernier encore

Devant la porte de votre magasin de vêtements de sports préféré

Et aussitôt la porte ouverte, la jouissance de la consommation

Va vous transporter en courant à travers les rayons du bonheur

De votre magasin à rayons préféré

Et enfin... enfin... vous pourrez atteindre le nirvana

En achetant pour seulement 349.95$, au lieu de 599.99$

La magnifique paire de bobette Hi-tech en Gortex que vous rêvez depuis 1 an

Et pour les lecteurs plus ordinaires et plus nombreux donc plus pauvres

Pour vous autres aussi, il reste juste 11 jours

Dans 11 jours, vous allez être à la veille d'envahir votre super pharmacie préférée

Pour vous stocker de papier de Noël à 75% de rabais pour l'année prochaine

Et cette année, j'en ai aperçu des tonnes et des tonnes de rouleaux

D'un vert forêt magnifique

Avec dessus de superbes cloches argentées

Des vrais cloches, comme vous-autres

De belles cloches grises avec le boutte du Ding-Dong rouge

Du papier de Noël extraordinaire, pis en grande quantité

Il va en rester, c'est sûr

Soyez patients mesdames et messieurs

Plus que 11 jours

Mais d'ici là attention

Ne loadez pas toutes vos cartes de crédit

Gardez-vous de la place

décembre 13, 2003

L'humilité de Dion

"Sans moi, le Canada n'existerait pas et le premier ministre de la république du Québec s'appellerait Lucien Bouchard".

Stéphane Dion

Citation tirée de La Presse, samedi 13 décembre.

décembre 12, 2003

L'abolition des cégeps : une option rétrograde pour le Québec

Hier, en plus de la grande journée de perturbation et de la Guignolée, se tenait un forum au Collège Marie-Victorin sur l'avenir des cégeps. Il semble que l'événement aie été un franc succès. Nous avons reçu ce texte écrit par une coalition de syndicats concernant l'abolition des cégeps, texte qui résume la position exprimée lors de ce forum.

L'abolition des cégeps : une option rétrograde pour le Québec

Depuis plusieurs années, le réseau collégial est malmené et remis en question. Cette fois-ci, ce sont des intervenants du monde de l'éducation, soit la direction de la Fédération des commissions scolaires, qui propose l'abolition des cégeps. En effet, s'appuyant sur une étude qu'elle prétend non partisane, elle soutient que les cégeps sont des boulets et que le réseau collégial est trop onéreux. Chantre des politiques de démantèlement du gouvernement libéral, elle a bricolé un plan de "réingénierie" pour les cégeps qui remet en cause un des aspects importants de l'organisation sociale du Québec.

La création des cégeps a permis au Québec un important bond en avant dans le développement d'une société plus démocratique, plus ouverte sur le monde et mieux adaptée aux changements importants qui se sont produits avec la fin du 20e siècle. Toute perspective de supprimer l'enseignement collégial et son réseau remet en cause non seulement un aspect essentiel de l'adaptation contemporaine des services éducatifs du Québec, mais aussi sa capacité à rencontrer les défis d'une société démocratique appelée à se développer dans des créneaux plus complexes.

Les cégeps, acronyme pour Collège d'enseignement général et professionnel, furent créés à la fin des années 60, à la suite du Rapport Parent qui visait à offrir des solutions au très bas niveau de scolarisation de la population québécoise. Ils étaient présentés comme un levier permettant une plus grande accessibilité aux études supérieures, et ce, sur l'ensemble du territoire québécois. Véritable révolution dans le monde de l'éducation postsecondaire, l'arrivée de ces établissements d'enseignement public et gratuit a tôt fait de porter ses fruits.

Dès les premières années, la fréquentation aux études postsecondaires a augmenté de manière significative, en soutenant par la suite le développement économique, culturel et social du Québec moderne. Depuis, les cégeps ont maintenu cet attrait pour une population jeune et adulte. Ils ont pleinement rencontré leur mission première : celle de favoriser et d'encourager la poursuite d'études postsecondaires de qualité en offrant des programmes d'enseignement supérieur public accessibles au plus grand nombre.

Malheureusement, nous constatons qu'un peu plus de trente ans plus tard, les cégeps et le projet social qui leur est associé sont présentement remis en question par des responsables de réseaux d'éducation empêtrés à bricoler des scénarios au bénéfice des orientations du gouvernement libéral. Pourtant, si le Québec d'aujourd'hui présente une société aussi dynamique c'est, entre autres, grâce aux cégeps qui offrent une accessibilité universelle aux études supérieures.

La logique du réseau collégial tient aussi à un autre aspect qui heurte les velléités productivistes des protagonistes de l'efficience et de la "réingénierie" : un véritable ordre d'enseignement offrant à la fois un enseignement préuniversitaire et technique, adapté aux enjeux de l'enseignement supérieur et soudé par une même formation générale commune. Cette conception a démontré sa pertinence et son succès, en offrant aux jeunes et aux adultes des outils pour répondre à leur cheminement et à leur projet. L'enseignement collégial ne peut se réduire à la stricte formation de travailleuses et de travailleurs qualifiés et efficaces, aussi importante que soit la formation technique. On doit aussi former des citoyennes et des citoyens qui possèdent tous les outils pour bâtir une société humaniste et égalitaire.

Depuis dix ans, les différents gouvernements se sont acharnés à imposer aux cégeps un sous-financement systématique. Tout récemment, le premier ministre Jean Charest alléguait, dans une lettre adressée à la nation, que son gouvernement avait octroyé aux cégeps le financement le plus élevé des dix dernières années. Dans les faits, ce gouvernement a plutôt imposé des compressions supplémentaires de trente millions de dollars à un réseau qui n'arrive même plus à couvrir ses coûts de système (personnel, chauffage, électricité, enseignement, etc.) et où les services aux étudiantes et aux étudiants sont de plus en plus charcutés.

Les conséquences du désengagement de l'État et de ce sous-financement de l'éducation sont flagrantes et inacceptables. Alors que les besoins augmentent, plus que jamais on coupe à tort et à travers dans les services indispensables aux étudiantes et aux étudiants : psychologie, services de santé, orientation, etc. On accentue le recours à la sous-traitance pour dispenser certains services, notamment pour les métiers spécialisés, l'entretien ménager, la sécurité ou encore les services d'imprimerie. En plus d'entraîner une détérioration des conditions de travail du personnel de soutien et professionnel, ce recours systématique à la sous-traitance affecte les services offerts aux étudiantes et aux étudiants.

Par ailleurs, le sous-financement de l'enseignement collégial a un impact direct sur les services à l'enseignement et le personnel enseignant. En plus de tenir bon nombre d'enseignantes et d'enseignants dans des conditions plus précaires, l'offre de programmes et les conditions d'accès sont réduites. Les cégeps en région sont aussi particulièrement touchés puisqu'ils connaissent en plus les impacts de la baisse démographique. Inutile de rappeler l'importance de la présence des cégeps partout sur le territoire.

Le maintien de l'enseignement collégial est le choix que le gouvernement du Québec doit faire. Plus, la confirmation de son caractère public par un financement adéquat l'est tout autant, en regard de l'accessibilité et de l'équité entre les régions, les secteurs de formation, et ce, sans égard à l'origine sociale des jeunes et des adultes. En effet, le financement public, c'est ce qui prescrit un ordre d'enseignement accessible à toutes et à tous, possédant des bases communes et des objectifs cohérents, en lien avec la société que nous voulons bâtir. La déresponsabilisation du gouvernement en matière d'éducation postsecondaire est une avenue que nous allons combattre. De ce point de vue, il importe de rappeler que l'établissement de droits de scolarité ne manquerait pas d'entraîner une dramatique baisse dans la fréquentation scolaire, comme le prouve différentes expériences par ailleurs.

Que le gouvernement prouve une fois pour toute son véritable intérêt pour l'éducation. Qu'il annonce le maintien d'un réseau collégial public, distinct des niveaux secondaire et universitaire, qui continue à s'adresser à tous les besoins de formation des jeunes et des adultes et disponible sur l'ensemble du territoire. Qu'il nous montre enfin si l'éducation fait réellement partie de ses priorités. Pour les cégeps, pour la société d'aujourd'hui, mais surtout, pour celle de demain.

Ginette Bussières (Syndicat canadien de la fonction publique-FTQ), Michel Chagnon (Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec), Marjolaine Côté (Fédération des employées et employés de services publics-CSN), Alain Dion (Fédération autonome du collégial), Geneviève Hardy (Fédération étudiante du collégial du Québec), Nicole Landry (Fédération des associations de parents), Jean Ouellet (Fédération du personnel professionnel des collèges-CSQ), Pierre Patry (Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec-CSN), Marie Racine (Fédération du personnel de soutien de l'enseignement supérieur-CSQ), Réginald Sorel (Fédération des enseignantes et enseignants de cégep-CSQ), Marie-Michèle Whitlock (Association pour une solidarité syndicale étudiante).

Adieu, veaux, vaches, Cauchon, Copps et Dion

Paul Martin a été assermenté Premier Ministre du Canada ce matin par la Gouverneure Générale et a présenté son équipe. Peu de surprises dans ce nouveau cabinet. David Anderson conserve son poste, Ralph Goodale et Anne McLellan sont promus. Lucienne Robillard, Denis Coderre et John McCallum changent de Ministère. Le Pettigrew des Classels devient multi-ministre (Affaires Inter-Gouvernementales, Langues Officielles et Santé).

Pour les bonnes nouvelles maintenant: La rumeur est démentie. Jean Lapierre ne fera pas le sot en politique, il se contentera de continuer à dire des sottises sur les ondes de TQS. Nous devrons tout de même nous taper Liza Frulla au Développement Social. Sheila Copps et Martin Cauchon sont exclus de ce cabinet, ainsi que... Stéphane Dion, qui perds le titre "d'honorable" qu'il n'a jamais mérité. Quel grand jour! La fin de Stéphane Dion en politique.

décembre 11, 2003

Développement des liens entre campagne et ville

Nous avons reçu ce texte de Nicolas Capuano à propos des activités prochaines de l'Union Paysanne. Nous vous invitons, comme toujours, à nous faire parvenir vos textes pour publication à l'adresse webmestre@latribuduverbe.com.

Hugh! Suite à une intense série de brainstormings, nous avons le plaisir de vous informer des différentes possibilités d'activités qui animeront le comité de liens ville campagne durant l'hiver 2003-2004... Et si je place la "ville" avant la "campagne" c'est pour soulever le fait que la campagne viendra à la ville... Nous faisons donc appel à votre imagination ou à votre désir d'implication afin de développer ces activités...

MISE EN CONSERVE

Ketchups de fruits... Bruschetta... Harissa...

Organiser des popotes paysannes, découvrir des produits du terroir, passer du temps ensemble au chaud à cuisiner, développer des connaissances culinaires, apprendre des recettes et des techniques, se servir des produits en excès des paysans, aider un paysan à mettre en conserve, sensibiliser les gens à la dimension paysanne, humaine et chaleureuse, vendre des produits transformés et investir dans d'autres projets !!!

CAMPS DE RÉFLEXION

Visionnage de cassettes vidéo avec discussions et prise de notes afin de conserver les infos pertinentes... Camping d'hiver dans les bois avec activités de subsistance... Initiation aux substances naturelles... Recherche de documents sur les liens ville campagne...

S'instruire et réfléchir sur différents sujets environnementaux dans différents environnements !!!

ÉVÉNEMENTS

Recherche à faire...

Participer à des événements sensibles aux liens entre la campagne et la ville !!!

ACTIONS

Le cochon à la ville...

Organiser et mettre en place des actions visant à sensibiliser les citadins aux problématiques paysannes. Dans cette optique le comité se propose d'amener la campagne à la ville afin de faire prendre conscience aux citadins des répercussions de leurs choix politiques et de consommateurs. Faire circuler une cuve de lisier en plein centre de Montréal. Exposition et dégustation olfactive de pots de lisier CERTIFIÉS UPA et de pots de fumier CERTIFIÉS UNION PAYSANNE en plein centre de Montréal !!!

CERTIFICATION BIO

Certification Québec Vrai de Terre des Ormes...

Voir à quoi ressemble plus concrètement la certification biologique au Québec en aidant Fred dans ses démarches administratives !!!

PRÉSENTATIONS PUBLIQUES

Café Utopik... Café de la Petite Gaule...

Aller parler du comité à la ville dans des endroits ciblés !!!

SITE WEB

Développer un site web interactif en mettant en vitrine les projets, photos, documents, communiqués,... !!!

PLANIFICATION ANNÉE 2004

Terre des Ormes...

Participer à une étape cruciale pour le paysan, la planification de la prochaine année !!!

FORMATION AUX SEMENCES

Développer des connaissances en technique de semences avec Serge le semencier !!!

DÉMARCHAGES RESTAURATEURS

Aller à la rencontre des grands cuisiniers montréalais afin de leurs proposer nos produits paysans et développer un réseau de contacts !!!

ARTICLES JOURNAL

Continuer à rédiger des articles pour le journal de l'Union paysanne !!!

NOUVEAU PROJET

Cadet Roussel...

Contacter cette ferme afin de proposer un jumelage avec le comité de liens ville campagne. Cadet Roussel développe déjà depuis de nombreuses années des liens étroits avec leurs clients ASC de la ville. Le projet Cadet Roussel serait alors le deuxième projet après celui de Terre des Ormes. Ce jumelage pourrait être autant bénéfique pour l'Union paysanne que pour Cadet Roussel.

Voili voilà les idées sont lancées et nous attendons vos réactions... Bref l'objectif de ce message est de vous donner envie de venir partager l'amour de la campagne... et de participer au développement de notre futur monde paysan !!!

Et en prime une excellente recette de harissa pour parfumer vos soupes, couscous et bien d'autres plats !!! De magnifiques petits pots de harissa biologique concoctés par nous-mêmes sont encore disponibles. Ainsi que du ketchup aux fruits, de la bruschetta, de la marinade de tomates vertes et autres marinades de légumes d'été !!!

Nico au 842-2097

ou Fred au 450-666-2290

Tchuss !!!

Rough Story

Loft Story est terminé (ouf!), le tiroir caisse est maintenant fermé, de même que le site internet. Je ne sais pas s'il restera beaucoup de profits une fois les poursuites et les arrangements hors-cours réglés. Nous avions l'impression d'épier en cachette une classe de maternelle, abandonnée à elle-même. Mais cette expérience de télé-réalité nous aura quand même permis de découvrir un grand talent brut. En effet, durant la dernière semaine, le lofteur Van Hugues a peint un tableau qui s'est rapidement vendu 8 000$. C'est pas de la tarte!

Le célèbre critique d'art Van Peter Mailloux commente l'événement: "Van Hugues est un agressif-banal-compulsif, complètement imperméable à toute influence extérieure. Il n'écoute que ses petites voix intérieures. Et disons qu'elles ne manquent pas de place pour se loger! Son oeuvre, c'est de "l'art brut" à son meilleur. La démarche de Hugues aura permis à toute une société de se comprendre à travers son tableau. Plus d'un million de voyeurs pendant 63 jours, ça vaut bien 8 000$, et c'est quand même mieux que la sauce à spaghetti,, non?".

Voici toute l'histoire en photos et en exclusivité:

Le grand classique se modernise

11decembre.jpg

Patapouf par Monaerik

décembre 10, 2003

Dégustation et vente de vin bio

Bonjour! Permettez-moi de vous inviter cordialement à l'événement annoncé ci-dessous. C'est une bonne occasion de goûter des saveurs du Québec et de faire mentir l'adage comme quoi les vins québécois ne sont pas très bons! en plus, c'est bientôt Noël... Au plaisir de déguster un verre ensemble...

Vendredi 12 décembre 2003, 19ÝhÝ:

´ÝLa vigne et le vin au Québecݪ

CONFÉRENCE-DÉGUSTATION GRATUITE,

organisée par l'Union paysanne de Montréal

À l'approche des Fêtes, une occasion de s'informer, de goûter et de s'approvisionner pour les amateurs de vins québécois!

Thème de la conférenceÝ:

Enjeux et défis de la viticulture québécoiseÝ: Production ñ Distribution ñ Mise en marché ñ Le point de vue paysan ñ Le bio.

ConférencièreÝ: Carole Desrochers, co-propriétaire du Vignoble des Négondos, le premier et le seul vignoble bio au Québec. Certifié Québec vrai, il est situé à Saint-Benoît-de-Mirabel et exploité depuis 1995.

DÉGUSTATION et VENTE de vins biologiquesÝ:

-ÝÝÝÝÝÝÝÝ2 rougesÝ: le Suroît et le Chesnois;

-ÝÝÝÝÝÝÝÝ3 blancsÝ: Orélie, la Cuvée Saint-Vincent, l'Opalinois;

-ÝÝÝÝÝÝÝÝun vin fortifiéÝ: le Nirvana;

-ÝÝÝÝÝÝÝÝet un vin blanc de vendange tardive (doux).

LieuÝ: 2022, rue de la Visitation, angle Ontario, dans le Centre-Sud

Pour s'y rendre

Ý

En métroÝ:

Via le métro Beaudry, 10 minutes à pied vers le nord (la rue de la Visitation est située une rue à l'est du métro Beaudry).

Via le métro Sherbrooke, 10 minutes à pied vers l'est en suivant Cherrier OU prendre le bus 24 est et descendre au 3e arrêt.

En auto ou autrementÝ:

La rue de la Visitation est située en bas du parc Lafontaine, 5 rues à l'est de Papineau. À partir de la rue Sherbrooke, tourner vers le sud sur la rue de la Visitation (sens unique vers le sud).

Ý

INFOSÝ:

(514) 522-4053

(514) 272-1737

montreal@unionpaysanne.orgÝ

Depuis 10 ans...

Depuis environ 10 ans, j'ai en ma possession un document tout à fait génial de bon sens, clarté, concision (que j'avais fait numériser) et dont je fais profiter mes amis...

Il s'agit d'un document en provenance de la Banque Royale (eh oui...incroyable, mais vrai...) qui s'intitule: "Apprendre à penser".

À cette époque (années 90), la Banque Royale mettait à la disposition du public ce genre de bulletin de "réflexions". Certains bulletins étaient bons d'autres excellents (à mon avis). J'en ai ramassé plusieurs... En voici un parmi ceux que je préfère.

Je ne suis plus client depuis longtemps et je ne savais donc plus si ces publications continuent encore. Jusqu'à aujourd'hui...

Aujourd'hui donc, par pur hasard, j'ai fait une recherche sur Internet et je découvre que ces bulletins que je croyais voués à la poubelle sont disponibles en ligne!

"Apprendre à penser" ne comporte pas de grandes révélations inédites, mais un formidable point de vue, éclairé et accessible; et représente aussi un très bon condensé au sujet de l'apprentissage de la notion de sens critique.

Je vous en fais donc profiter maintenant...

Document disponible ici:

Apprendre_À_Penser

décembre 09, 2003

Une voix populaire contre la réingénierie de l'État

Rassemblement

Dimanche, 14 décembre, 13 heures

coin Sherbrooke, McGill College (métro Peel)

La "Coalition J'ai jamais voté pour ça" appelle à un rassemblement contre la réingénierie de Charest. (Montréal, le 8 décembre 2003) Un regroupement composé de groupes populaires, communautaires, altermondialistes et syndicaux de la région de Montréal ont annoncé aujourd'hui la création de la Coalition J'ai jamais voté pour ça qui vise à contrer le plan de réingénierie du gouvernement Charest.

Cette coalition démontre que la résistance au projet de réingénierie de l'état ne se limite pas aux groupes syndicaux mais qu'un nombre croissant de mouvements sociaux sont en colère et s'unissent pour conjuguer un rapport de forces contre ce gouvernement qui n'écoute et n'accepte comme seul lobby que le patronat et ses représentants. La Coalition exige le retrait ou du moins le report de l'adoption des projets de loi déposés cet automne et que ce gouvernement procède avec une réelle consultation publique.

Le regroupement, au-delà de toutes revendications sectorielles, veut unir les forces populaires pour amorcer un blitz d'interventions contre cette démolition des acquis sociaux et appelle la population à un grand rassemblement devant le bureau du premier ministre Charest le dimanche 14 décembre à 13 heures (rendez-vous au coin McGill College et Sherbrooke).

La Coalition veut rendre visible sur la place publique que jamais la population n'a donné à Jean Charest le mandat dont il se réclame pour procéder à sa transformation de l'État.? La campagne électorale de M. Charest était pleine de promesses concernant le domaine de la santé, de l'éducation, le maintien des garderies à 5 $, le support aux plus démuniEs, le tout empreint de compassion et de supposée écoute de la population... Les citoyenNEs, quel que soit leur vote du 14 avril dernier, sont de plus en plus nombreux à rejoindre le rang de celles et ceux qui n'ont "jamais voté pour ca". La volte-face du Premier ministre et son entêtement à la poursuite de la réingénierie de l'état sans respecter la population a provoqué la fin de la paix sociale au Québec et s'il continue en ce sens, il devra en payer le prix car comme le dit si bien l'adage : "Qui sème le vent, récolte la tempête".

Renseignements :

Claire Pagé, Conseil central du Montréal métropolitain ñ CSN

(514) 598-2012

claire.page@csn.qc.ca

- Mobilisation pour le 14 décembre!

La coalition coordonnera une distribution de tracts le jeudi , vendredi et samedi prochain dans les métros !

Nous avons donc besoin de militant et militante pour la distribution !

Rencontre de coordination mercredi le 10 décembre

au 3720 avenue du Parc.

Métro Place des arts bus. 80 nord.

Point de rencontre pour la distribution :

La puck du Métro Berri.

Jeudi et vendredi

à 7h30 et 16h00

Samedi à 12h00

Renseignements :

Regroupement autonome des jeunes

(514) 282-2027

Alternatives:

(514) 982-6606 #2240 #2223

Le phénomène des sectes

Nous avons reçu ce communiqué de la part d'Info-Secte annonçant la parution d'un livre intitulé "Le phénomène des sectes". De plus, excellente nouvelle, ce livre est disponible en trois formats: en version imprimée et reliée, ou gratuitement en format html et pdf.

Présentation de l'ouvrage

Depuis sa création, Info-Secte répond, chaque année, à un nombre important de questions sur les groupes qualifiés de "secte" et le phénomène sectaire. Souvent, les personnes qui contactent Info-Secte sont à la recherche de réponses simples, à savoir si un groupe est ou non une secte. Malgré le souhait d'une réponse simple, la complexité du phénomène sectaire s'accorde difficilement avec des explications tranchées. Reconnaître si un groupe est une secte ou non, ne conduit pas nécessairement à mieux comprendre ces groupes. En fait, cette préoccupation soulève une question qui suscite des débats chez les chercheurs : comment définir le terme "secte".

Afin d'aborder le sujet sous un autre éclairage, Info-Secte constate que le phénomène des "sectes" est d'abord un phénomène de groupe. Comprendre le fonctionnement des groupes, les interactions entre les membres et les lois entourant les échanges interpersonnels permet de mieux comprendre les organisations qualifiées de "sectes" ou de "nouveaux mouvements religieux".

Ce texte a donc pour but de présenter les "sectes", souvent perçues comme étant en marge de la société, plutôt comme des groupes qui sont présents dans notre vie quotidienne. Dans ce contexte, comprendre leur fonctionnement et parfois la violence qui émerge dans certains de ceux-ci appelle l'acquisition de connaissances sur le fonctionnement des groupes en général.

Partant de ce principe, Info-Secte, financé par le Ministère des Relations avec les citoyens et Immigration, a conçu et réalisé ce livre qui a pour but d'informer le lecteur sur la place des groupes dans une société démocratique ; de comprendre le fonctionnement interne et externe des groupes ainsi que certains aspects problématiques de ceux-ci; de susciter des discussions et des débats sur le phénomène, ainsi que de faciliter le développement d'une pensée critique sur les groupes qui nous entourent.

Paru dans l'aut'courriel

Le festin de la sous-traitance:

Trois ogres, Compass, Sodexho et Aramark, s'invitent à table

Par Vincent Larouche et Pierre Dubuc / L'aut'courriel nƒ 40, 8 décembre 2003

Le 12 juillet dernier, le gouvernement Charest octroyait au Groupe Compass le contrat pour alimenter les 1500 athlètes, entraîneurs et dignitaires aux Mondiaux Jeunesse 2003 qui se tenaient à Sherbrooke. Mais ce n'était là qu'un amuse-gueule.

Aujourd'hui, le Groupe Compass et ses deux principaux concurrents, les firmes Sodexho et Aramark, suivent avec grand intérêt les débats entourant les modifications au code du travail et les projets de loi sur la réorganisation des services de santé présentement à l'étude à l'Assemblée nationale.

Le Groupe Compass et les sociétés Sodexho et Aramark sont trois multinationales spécialisées dans la sous-traitance des services alimentaires, d'entretien ménager et de buanderie aux institutions publiques et aux entreprises.

Le Groupe Compass est une société britannique qui compte 250 000 employés dans plus de 80 pays. Son chiffre d'affaires est de 7,3 milliards de livres sterling. Avec l'acquisition récente de Beaver Foods, elle a triplé ses activités au Canada où elle est présente dans plus de 1 500 établissements, principalement des établissements publics d'éducation et de santé.

Sodexho est une société française qui comprend aujourd'hui 315 000 employés répartis

dans 74 pays et réalise un chiffre d'affaires de plus 12,6 milliards d'euros. En 2001, elle a pris le contrôle de la société américaine Marriott. Elle se proclame le numéro un mondial de la restauration. Elle embauche 1500 personnes au Québec dans 108 établissements.

Enfin, Aramark est une firme de Cincinnati, qui emploie 200 000 personnes dans 18 pays avec un chiffre d'affaires de 8,8 milliards $US.

Le Syndicat canadien de la fonction publique a publié un portrait de Sodexho qui en dit long sur ses pratiques. Quatre hôpitaux de Vancouver ont résilié leur contrat avec Sodexho par suite de nombreuses plaintes sur la mauvaise qualité de la nourriture. À Glasgow et à Liverpool, les hôpitaux, dont l'entretien ménager avait été confié à Sodexho, ont été pointés comme "les plus malpropres du Royaume-Uni". En Californie, les hôpitaux Stanford et de l'Université de la Californie à San Francisco ont résilié leurs contrats avec Sodexho pour la malpropreté du linge confié à la buanderie.

La situation n'est pas meilleure dans l'éducation. À Chicago, des centaines d'élèves qui utilisaient les cafétérias exploitées par l'entreprise ont été malades. Au Massachussets, l'Occupational Safety and Health Agency a imposé une amende à Sodexho parce qu'un étudiant a trouvé un morceau de pouce d'un travailleur dans un sandwich à la dinde. Au Wisconsin, quatre enfants ont dû être hospitalisés pour une intoxication alimentaire au E. coli. À l'Université Johns Hopkins, une cafétéria exploitée par l'entreprise a dû être fermée pour malpropreté. Au Centre médical St. Joseph, à Baltimore, les épidémiologistes ont lié 24 cas de salmonellose aux aliments préparés par la cuisine de l'hôpital exploitée par Sodexho.

Aux États-Unis, Sodexho a été condamné à plusieurs reprises par le National Labor Relations Board pour pratiques anti-syndicales. Seulement 12% de sa main-d'úuvre est syndiquée, ce qui est inférieur aux taux du Groupe Compass et Aramark, pourtant reconnus pour leur anti-syndicalisme. Le salaire moyen oscille entre 6$ et 8$ de l'heure. Par contre, en 1999, le p.d.-g. Pierre Bellon touchait un salaire de 25 millions de dollars. La revue Forbes le classe au 363e rang des individus les plus fortunés au monde.

Sur son site Internet américain, Sodexho se vante d'équité raciale en emploi et affiche les photos de Noirs, de Latinos et d'Asiatiques. Cependant, Sodexho fait face aux États-Unis à un recours collectif de 1 milliard $ de la part de ses 2 600 gérants noirs, actuels et passés, pour discrimination.

Sodexho a obtenu un contrat de 850 millions $US du Pentagone pour nourrir les Marines américains, mais le contrat a été annulé après les protestations du Groupe Compass pour pratiques concurrentielles déloyales.

Au Canada, le gouvernement de la Colombie-Britannique vient d'adopter une loi qui a pour effet de céder au secteur privé pour 700 millions $ de services de santé et Sodexho est sur les rangs. En Ontario, l'hôpital de Grand River à Kitchener, aux prises avec un déficit de 9,8 millions $, veut confier l'entretien ménager à Sodexho dans le but avoué d'économiser 300 000 $ par année.

Le Groupe Compass est présent au Grand Prix du Canada, au Centre Bell, au Stade Percival-Molson, au Sky Dome de Toronto, à Tennis Canada, au Mont-Saint-Anne. À ce dernier endroit, il a été prouvé que le centre de ski avait confié son service de restauration au Groupe Compass pour se soustraire à la loi sur l'équité salariale.

La société Aramark est connue pour avoir acquis les services de cafétéria de Bombardier Aéronautique et décrété un lock-out pour obliger les employés à accepter des réductions de salaires de 19,25 $ à 7,75 $ de l'heure. Finalement, après avoir passé près de quatre mois à la rue, le syndicat a négocié des salaires qui s'échelonnent de 10,15 $ à 14,50 $ l'heure.

Aux États-Unis, Aramark est depuis longtemps reconnue comme une entreprise férocement anti-syndicale. Les tactiques des administrations locales de l'entreprise comprennent l'inclusion de lettres avec les chèques de paye décourageant les employés de se syndiquer, la projection de vidéos anti-syndicaux aux employés, le harcèlement et la diminution des heures de travail des organisateurs syndicaux.

Lors de la campagne pour syndiquer les employés d'Aramark au sein d'un groupe d'établissements scolaires en Californie, en 1999, la direction a averti par écrit les employés que l'arrivée d'un syndicat pouvait leur coûter leur emploi. Au cours des années, près de 400 plaintes pour non-respect des lois sur les syndicats et les relations de travail aux États-Unis ont été déposées contre Aramark.

La situation actuelle au service de cafétéria de Bombardier, à savoir la dégradation des conditions de travail suite à la prise en charge du service par Aramark, s'est déjà produite dans un nombre incalculable d'universités, de collèges, d'usines, d'hôpitaux et autres lieux de travail.

Le 30 juillet dernier, ce sont 950 employés d'entretien ménager syndiqués qui ont perdu leur emploi au sein des hôpitaux de la Colombie Britannique, suite à la décision du gouvernement libéral de la province de faire appel à Aramark comme sous-traitant. Les syndiqués furent remplacés par des travailleurs beaucoup moins bien payés, mais aussi moins bien formés et sans expérience.

Cette tendance est d'autant plus inquiétante qu'Aramark Québec annonçait en janvier 2000 son intention de diversifier ses services offerts, en proposant d'agir comme sous-traitant pour "tout ce qui peut être imparti par les entreprises et les institutions".

Les trois ogres sont d'autant plus affamés que leurs affaires vont mal. Le bénéfice de Sodexho a chuté de 13% en 2003. Quant à l'action de Compass Group, elle a été dépréciée d'environ un tiers au cours de la même période. Non seulement poussent-elles le gouvernement Charest à leur dresser la table, mais soyez assurés qu'elles ne toléreront pas d'autres convives.

Mandat nébuleux

" On sent clairement que les gens n'ont pas changé d'idée. "

Jean (Patapouf) Charest

Déclaration en entrevue à La Presse le 8 décembre 2003, le lundi d'une semaine qui s'annonce longue pour notre clown de service

Par "les gens", doit-on comprendre "les gens de mon entourage" ou bien "les compagnies qui financent mon parti"???

décembre 08, 2003

Un cornichon au Parlement!

Montage photo et politique? C'est différent d'une caricature mais encore plus décapant. Le seul journal québécois de vraies et fausses actualités, Le Cornichon, fait rire ou grincer même des parlementaires.

Reportage sur Monaerik, ce soir, lundi 8 décembre, 19 heures 30 à TéléQuébec.

décembre 07, 2003

La moitié des Québécois en faveur de la sous-traitance

Un sondage Crop-La Presse nous apprenait samedi que la moitié des Québécois étaient en faveur de la sous-traitance, à la condition que ces emplois soient bien rémunérés. À la suite de sa publication, certains dirigeants des centrales syndicales ont annoncé que le résultat ne les surprenait pas, et ont même affirmé que certains emplois non syndiqués étaient aussi bien rémunérés.

De tels propos sont tout de même étonnants et inquiétants de la part de dirigeants syndicaux qui se vantent que le taux de syndicalisation au Québec est de 40%, le taux le plus élevé en Amérique du Nord.

Ce qui est inquiétant, c'est de savoir que si le pourcentage en faveur de la sous-traitance est très élevé et que c'est peut-être à cause que les syndicats et les centrales syndicales ne font pas leur travail, c'est-à-dire fournir l'information nécessaire à leurs membres et à la population en général pour qu'ils puissent se faire une idée juste sur les enjeux dans différents dossiers.

De plus, si l'information pertinente était transmise, il serait alors peut-être plus facile de mobiliser la population lors de la tenue d'événements spéciaux.

Il serait peut-être bon également, que les syndicats s'asseoient à un moment donné avec leurs membres et réfléchissent sérieusement sur l'avenir du syndicalisme au Québec, puisque j'ai de plus en plus l'impression que certains syndicats sont présentement en mode "veille" et se recherchent et pendant ce temps-là, ce sont les membres et la collectivité qui écopent.

La parade du "Père Couillard"

Avis à celles et ceux qui prétendent que les CLSC constituent encore une alternative sociale viable et nécessaire pour la prévention de la santé publique et communautaire... Avis à celles et ceux qui refusent l'approche autoritaire et anti-démocratique de John "Patapouf" Charest (le néo-conservateur) the first :

MANIFESTATION contre le projet de loi 25 de fusion des établissements de santé

Mercredi 10 décembre 2003

Départ: 11:45 devant la Régie régionale du Montréal (3725, Rue St-Denis)

Apportez vos tuques de Père Noël, vos clochettes, sifflets, tambours et trompettes pour qu'on se fasse bien voir et entendre!

Le démantèlement des CLSC: j'ai jamais voté pour ça!

Organisée par la Coalition Solidarité Santé

N'hésitez pas à visiter les sites syndicaux pour lire les mémoires contre les projet de lois (FIIQ - FMOG).

Mariage de la droite canadienne

Peter McKay et Stephen Harper en juste noce

C'est maintenant fait, ils ont dit oui!

Désolé de la ramener, mais je suis trop ému.

Que voulez-vous, comme dirait l'autre, les mariages, ça m'a toujours fait pleurer. On leur souhaite une union heureuse et beaucoup de petits cowboys adéquistes!

décembre 06, 2003

Nouveau scandale sportif

Soupe populaire devant la résidence de Patapouf

Bien le bonjour,

En ces jours où chaque sortie de Jean Charest entraîne son lot de reculs, le FRAPRU amorce une bataille offensive face à Québec et Ottawa pour obtenir un nouveau programme de HLM.

À Montréal seulement, c'est présentement 16 000 ménages qui sont inscrits sur une liste d'attente de HLM et au rythme où vont les choses, plusieurs milliers d'entre eux n'auront jamais accès à un logement décent. Pendant qu'ils attendent, plus de 96 000 ménages continuent d'engouffrer plus de 50% de leur revenu dans leur logement. Pour sortir les locataires de la dèche, le FRAPRU réclame que le gouvernement du Québec mette sur pied un nouveau programme de HLM, financé par le gouvernement fédéral.

Pour cette bonne raison... et pour bien d'autres! nous vous invitons à venir manifestoyer devant la maison de Jean Charest à Westmount. Une soupe bien chaude et de la belle musique de nowell vous attendent, de même qu'une reproduction géante de la marionnette qui nous tient lieu de premier ministre... euh... une marionnette géante de notre premier ministre!!!

Pour vous y rendre, nous vous invitons à prendre un des autobus qui partira du comité logement le plus près de chez vous (voir tract ci-joint).

Au plaisir de vous y voir en grand nombre...

Marie-Josée Latour

Pour les comité logement montréalais

membres du FRAPRU

L'"anti-spécisme", une diversion nouvel-âgeuse?

Je vous invite à aller voir, en cliquant icitte, les échanges (46 commentaires en ce moment-ici) auxquels j'ai participé sur le site du CMAQ, à la rubrique "Spécisme", quant au dernier texte soumis par une certaine Katherine (voir également le texte précédent si ça vous chante). Soulignons d'ailleurs qu'une secte européenne du nom de Mutations Radicales, prônant aussi notamment la pédophilie et dénoncée comme faisant du recrutement par l'intermédiaire des sites Web d'Indymedia, est à la source d'au moins deux de ces articles anti-spécistes publiés sur le CMAQ.

Qu'est-ce que l'anti-spécisme? À titre de profane, j'avancerais que c'est l'abolition de toute discrimination entre les animaux et l'être humain quant à la valeur de leurs vies respectives. Or, je pense qu'"humaniser" la valeur de la vie animale, ça peut aussi notamment (et pernicieusement) avoir l'effet contraire, c'est-à-dire "animaliser" la valeur de la vie humaine. J'me comprends... ;-)

(suite ▼)

En outre, à mon humble et "bouddhique" avis, ce genre de "cause" morale, voire militante, jouant davantage sur l'émotivité que sur l'intellect et où l'on met les vies animales sur un pied d'égalité avec les vies humaines, me semblerait quelque peu n'être qu'une diversion politiquement anodine de notre capacité d'indignation. (Oh, le pôôôvre petit cochon/veau/lapin/poulet/etc.!!!) Ça fleure un peu l'anthropomorphisme et le mysticisme new age.

Tiens, à propos, il se donne que dans le Voâââr de cette semaine, mis à part une chronique où Richard Martineau semble dénigrer les syndicats (quand on travaille pour Transcontinental, tsé...) tout en se laissant une porte de sortie*, on y trouve également cette semaine un texte racoleur sur les émotions soi-disant quasi-humaines et sur la grande souffrance de nos tinamis d'élevage à poils et à plumes... Snif. Avec ce qui se passe déjà ces temps-ci dans le règne humain au Québec comme ailleurs, on a-tu vraiment du temps pour brailler là-dessus, tabeurn???

* * * *

Mais revenons-en à l'anti-spécisme. Me semble que ce mouvement adopte un ton accusateur et pas rassembleur bin bin envers les progressistes qui consomment, même occasionnellement, des produits animaliers (viande ou autres), ou qui ne défendent pas inconditionnellement même les rats de laboratoire. Quoi, faudrait se sentir cheap et imposteur de militer pour une cause progressiste si on n'adopte pas en même temps un mode de vie végétaLien (n'ingérer aucun produit d'origine animale) et si on n'attache pas autant d'importance aux rats de laboratoire qu'aux malades en attente de nouveaux médicaments grâce à la recherche médicale**??? Je veux bien croire que l'élevage industriel débile et hypertrophié qu'on connaît aujourd'hui est polluant, gaspilleur de calories végétales, et cruel envers les animaux, mais de là à condamner même la consommation très modérée de produits animaux bio (viande ou autres) provenant de family farms et de producteurs artisanaux à petite échelle, y'a une sacrée marge!

Tenez, en passant, on m'a envoyé par courriel cette animation flash amusante et instructive sur ce sujet, inspirée du film The Matrix : à voir!

Salade du jour : Que vos lasagnes de pois chiches vous compostent un kharma très riche!

Le Bouddheur ;O(

* Comme semble le faire souvent l'éditorialisse Mario Roy de Lé Paisse

** On ne parle pas de l'éthique des sociétés pharmaceutiques, là

Pour que cesse le terrorisme sexiste...

Communiqué diffusé par le groupe Hommes contre le Patriarcat

6 Décembre 1989 - Montréal

Un homme convaincu de la supériorité des hommes sur les femmes se présentait à l'école Polytechnique et assassinait sauvagement 14 femmes :

Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Barbara Klucznik Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault et Annie Turcotte.

Malgré tout ce que les médias ont pu en dire et disent encore, ce crime est un crime sexiste.

Cet événement n'est que le symbole spectaculaire d'une réalité vécue quotidiennement par des milliards de femmes à travers notre planète. Le but est toujours le même, qu'il s'agisse du meurtre, de l'agression sexuelle, des mutilations sexuelles féminines ou de la violence conjugale : assurer le pouvoir des hommes sur les femmes. Cette appropriation prend également des formes plus subtiles, de la violence psychologique en passant par les publicités sexistes, l'humour misogyne, par les restrictions du droit à l'avortement ou par les tentatives de modifications masculinistes de diverses lois, notamment celles sur la garde parentale et le divorce.

Nous profitons collectivement en tant qu'hommes de ce terrorisme sexiste : nous devons collectivement lutter pour qu'il cesse!

Notre silence correspond à une collaboration! Il faut agir maintenant pour mettre fin à toutes les formes de domination des hommes sur les femmes!

Hommes contre le Patriarcat

"Le féminisme n'a jamais tué personne ! Le machisme tue tous les jours !"

- Benoîte Groulx

décembre 05, 2003

La démocratie au sein du crime organisé

Hier, le ministère de l'intimidation et la manoeuvre à démontré ce qu'est la démocratie en occident, celle que les Yankees vantent dans leur trios Big-Mac au Moyen- Orient. Un Avocat de Toronto, qui défendait un prisonnier arabe sorti de Guantanamo Bay et d'autres Arabes accusés de terrorisme ou communisme ou séparatisme ou souvrainisme ou ''What ever'' (tant que ça fini par ''isme'') à été victime de menace de mort. Il à été menacé, mais pas par n'importe qui...

Selon ses propos, il aurait été menacé par des gens ''haut placé''. Il disait reconnaitre cette voix, la même qui aurait déjà menacé ses clients. Il a qualifié cette menace de constitutionnelle. Résultat, il abandonne tous les dossiers sur le champs car il craint pour sa vie.

Entre vous et moi, c tout à fait normal d'avoir la trouille. C comme si vous étes au primaire et que le directeur menace de vous casser la gueule après l'école. Vers qui se tourner n'est- ce pas ???

Si tu fait trop chier le parrain, tu te retrouve dans un sac de poubelle en 3 morceaux (celui du père, du fils et du saint esprit).

Et oui, c ça la démocratie. Tant que t'achète ton trio et tes cadeaux de noël t'es correct. Mais bien sur que tu peux chiâler, mais ne défend pas trop les droits de la personne sinon tu est un ''iste''(anti- esclavagiste, Castriste, communiste, souvrainiste, indépendantiste, terroriste, Al-Quaediste, Troskiste, Léniniste, gauchiste, écologiste, islamiste).

Mais bon, après tout c pas si grave, les fêtes s'en viennent à pas de géants, c le temps de magasiner chez Futur Shop, aller prendre une p'tite bière dans les partys de bureaux, donner une p'tite cacanne de thon aux sans abris, pleurer ce pôvre papa Dion.

Ça va mal partout, mais qu'est- ce- que j'en ai à branler, c pas chez nous.

Le crime organisé est très puissant, et a le bras long comme on dit. Le plus drôle dans tout ça c qu'on a confié l'enquête à la GRC, ceux- là même qui, selon des mauvaises langues, auraient proférés les menaces de morts à ce cher avocat.

JOYEUX NOÀL

En politique comme au hockey

Robert Lanctôt, député de Châteauguay au sein du Bloc Québécois, a été choisi au repêchage 2003 par Paul Martin. Le député a changé de parti politique aussi facilement que les joueurs de hockey changent de chemise. Est-ce étonnant?

Pas du tout. Peu importe de quoi on parle ce qu'il faut tout d'abord tenir en compte, c'est le raisonnement de ce qu'on appelle le crime organisé. Tout se rapporte à la rentabilité. La question qui doit toujours être posé est la suivante: ''est-ce que ça me convient?''. À partir de ce point tout est possible, il peut s'agir du massacre à la machette d'une population au complet ou l'échange du numéro 44 des Canadiens, on en a rien à cirer, en autant que mes investissements rapportent. Donc ne vous étonnez pas si demain Bernard Landry va militer pour le PLQ aux côtés de Mario Lemieux.

Contradiction américaine sur les prochaines élections en Irak

Selon Democracynow, un article paru dans le New York Times en date du 4 décembre révèle que des responsables irakiens voudraient faire un recensement de la population irakienne ce qui permettrait ainsi de tenir des élections dans 9 mois, mais cette proposition aurait été rejetée par des responsables américains, même si le gouvernement américain ne veut pas avoir d'élections sans avoir eu au préalable un recensement.

Serait-ce que le gouvernement américain craindrait la tenue d'élections hâtives, parce qu'ils ont peur pour leurs intérêts?

décembre 04, 2003

Commençons par le commencement

En ces jours tumultueux de lutte entre Patapouf et, notamment, la FTQ, vous vous demandez sûrement : "Mais quand a pu débuter ce bras de fer". Eh bien! Chers lecteurs et lectrices de La Tribu je vous offre en exclusivité ce tout premier scoop de mon cru!!!

En novembre 1998, à quelques jours des élections provinciales, Jean Charest avait prévu souper tranquillement un lundi soir avec une trentaine de jeunes libéraux dans un restaurat de la Vieille Capitale. Qui fut assigné à la tâche de servir môoooosieur Charest??? Votre humble serviteur, moi.

Le jour même de ce fameux souper, s'ouvrait, également à Québec, le congrès annuel de la FTQ.

La veille de ce superbe souper en tête à tête avec ses morpions (vive la gratuité...), Patapouf ne se doutait sûrement pas que j'avais servi trois grosses têtes de la FTQ...

Faisant fi de tous les avertissements et le secret entourant la visite de Patapouf en mon lieu de travail, j'ai pris soin d'indiquer à ces chers messieurs de la FTQ l'heure de l'arrivée de Patapouf et où il poserait ses fesses le temps de faire semblant de s'intéresser à son aile jeunesse.

Ponctuel comme d'habitude, votre humble serviteur arrive à 15h30 LE LUNDI PM pour se préparer pour la soirée. Disons que j'avais l'habitude de commencer mes quarts de travail du lundi avec un restaurant pratiquement vide... Pas ce lundi-là!!!

Je me suis donc présenté au travail avec plus ou moins soixante syndicalistes de la FTQ qui profitaient de rabais généreux de notre 5 à 7... Évidemment, ils attendaient Charest sans vouloir le dire et j'ai eu le droit à de beaux clins d'oeil de mes clients de la veille et de mon patron également.

Quelques heures (bières) plus tard, après l'arrivée des jeunes libéraux, Patapouf et Michou entre en scène - Je m'en frotte encore les mains. À la minute où il a posé ses fesses, au bas mots, une bonne trentaine de eftéquistes l'ont entouré pour lui passer un petit message qui allait à peu près comme suit:

"bonsoir connard, on veut juste te dire que si tu es premier ministre un jour, nous la FTQ on t'attend et tu pourras pas nous ignorer"

Puis ils lui ont poliment remis un livre d'histoire (syndicale??? c'est flou...) du Québec pour qu'il puisse faire ses devoirs et être prêt!!! Ah oui! les eftéquistes sont retournés à leur bière...

Alors maintenant que vous savez l'histoire, imaginez-vous la tête du responsable de la sécurité de Charest qui vient me voir (j'étais un genre de gérant du resto...) et qui me demande d'où a pu venir la fuite en me disant que ça aurait pu être très dangereux et moi de faire semblant de soupçonner le plongeur....

J'ai fait mon "brun" ce soir-là et mon patron était bien content de mon tour!!!

Si vous êtes sages, je vous raconterai une autre histoire:

- la deuxième fois que j'ai servi Patapouf

- la fois que j'ai failli mettre mon poing dans face à Rémi Trudel

ou

- les confidences d'un attaché politique sur le nombre de fois que Patapouf, Chrétin et Mulroney ont du reprendre le test du barreau avant d'avoir leur diplome

Question Bonus:

En 1998, Patapouf habitait une maison. Qui ou quelle compagnie en était propriétaire???

Bonne nuit.

Le prix de la démocratie

Les chiffres concernant les dépenses électorales d'avril dernier ainsi que les rapports financiers 2002 des Partis politiques au Québec viennent enfin d'être rendus publics par le bureau du Directeur Général des Élections du Québec. Pour ceux qui, comme moi, considèrent que nous vivons dans une ploutocratie et non pas une démocratie, ces chiffres viennent prouver hors de tout doute que la lutte pseudo-démocratique ne se déroule qu'entre organisations politiques millionnaires. Tout d'abord, regardons le bilan financier 2002 des différents Partis officiellement reconnus au provincial, en commençant par les trois partis les plus riches, qui sont, vous l'aurez deviné, le Parti Libéral du Québec, le Parti Québécois et l'ADQ.

Est-ce une coïncidence si le Parti au pouvoir est aussi celui qui avait les revenus les plus élevés en 2002?

Le PQ, comme lors de l'élection du 14 avril dernier, arrive bon deuxième.

Au moins l'ADQ rejoint le club des organisations politiques millionnaires. Quel soulagement!

Sous cette simple appellation "autres entités" se cache en fait pas moins de 10 organisations politiques, soit le Bloc Pot, le Parti Communiste du Québec, le Parti Démocratie Chrétienne du Québec, le Parti Démocrate du Québec, le Parti Égalité, le Parti Innovateur du Québec, le Parti de la Loi Naturelle du Québec, le Parti Marxiste-Léniniste, le Parti Vert et l'UFP. Les revenus de tous ces autres Partis mis ensemble totalisent un énorme 169 765$. Peut-on vraiment parler de lutte égale ou démocratique?

Un autre élément d'inégalité qui est mis à jour par ces données est l'engagement de l'État dans le financement des Partis. On peut voir que les Partis qui réussissent très bien à s'auto-financer et à se payer une campagne électorale d'envergure sont ceux qui bénéficient le plus des largesses de l'État, alors que les Partis militants ou populaires qui font des campagnes électorales avec des montants risibles et de la bonne volonté sont à peine supportés financièrement. En 2002, la participation financière de l'État au PLQ s'élevait à 1 277 477 $, celle du PQ était de 1 272 056 $ et l'ADQ 398 986 $. Vous trouvez que la participation de l'État dans l'ADQ est ridicule en comparaison au PQ et au PLQ? Que penser de la participation de 41 860 $ aux dix autres Partis, ce qui représente une aide d'à peine quatre mille dollars par Parti? Une démocratie qui se respecte ne ferait-elle pas l'inverse, en favorisant l'émergence de nouvelles idées dans l'arène politique, plutôt que de toujours favoriser les Partis millionnaires qui s'incrustent?

Combien coûte une élection?

Ensuite, ce sont les montants engrangés pour la dernière campagne électorale qui sont révélateurs, puisqu'ils nous permettent de répondre à des questions telles que "combien coûte le trône du Québec" ou "combien coûte un siège de député". L'ADQ a investi 4 069 381 $ pour la dernière campagne de son chef et 3 389 809 $ pour la campagne de ses candidats, pour une somme totale de 7 459 190 $. Comme ils n'ont récolté que 4 sièges de députés, ça revient à 1 864 798 $ du siège adéquiste. C'est probablement le pire rapport qualité-prix de toute l'histoire électorale du Québec.

Alors que l'ADQ a investi d'avantage dans la campagne de Mario Dumont comparativement à l'ensemble de candidats du Parti, le Parti Québécois fait le contraire. La campagne du chef disposait d'un budget de 3 636 361 $ et celle des candidats du Parti de 4 786 895 $, pour un total de 8 423 256 $. Refaisons le calcul basé sur les 45 sièges qu'a récolté le PQ aux dernières élections, et nous pouvons conclure que chaque siège péquiste a coûté 187 183 $ et cinquante sous. C'est pratiquement dix fois moins qu'un siège adéquiste!

Voyons maintenant la formule gagnante pour remporter une élection, le bon dosage dans les investissements de campagne. Le Parti Libéral du Québec a misé 3 127 720 $ sur la campagne de Patapouf, mais 5 460 913 $ sur celle des candidats du Parti. Le total de la campagne s'élève donc à 8 588 633 $. C'est à peine 165 000 dollars de plus que l'investissement du PQ, mais c'est dans la répartition que semble résider le secret de la réussite. Pour preuve, divisons ce montant par les 76 sièges que le PLQ a récolté, et nous arrivons à l'incroyable performance de 113 008 $ et 13 sous du siège libéral!

La preuve est faite, la démocratie revient moins cher avec le PLQ!

Journée nationale de perturbation

Le 11 décembre 2003 - Journée nationale de la perturbation

J'ai pas trouvé de communiqué pour l'instant, mais la CSN a déclaré le 11 décembre journée nationale de la perturbation (source : Le Soleil). Les hôpitaux, les commissions scolaires, les cégeps, les centres de la petite enfance, les ministères et organismes gouvernementaux et les services de transport en commun pourraient être touchés. Youppi!!! Ça sera pas une journée de congé certain.

Mes voeux sont exaucés!

décembre 03, 2003

Quelle magouille !

Les événements qui se sont passés hier au Vénézuéla avaient toutes les allures d'une méga fraude. En effet, 38 députés de l'opposition étaient soumis au processus de destitution suite à une demande de la population, et trente-sept d'entre-eux risquaient de voir leur mandat révoqué puisque les signatures obtenues avaient largement dépassé le 20% prévu dans la constitution vénézuélienne de 1999.

En fin de semaine dernière avait également lieu le processus visant à destituer le Président Chavez, processus enclenché par l'opposition elle-même. L'opposition devait obtenir un total de 4 millions de signatures, représentant le même pourcentage de votes réglementaire (20% des gens enregistrés comme étant Vénézuéliens et ayant l'âge de voter) pour destituer le président élu.

Or des irrégularités ont été signalées de la part de la population: certains employés de grandes compagnies ont été contraints de signer sous peine de perdre leur emploi. Un patient hospitalisé s'est vu dans l'obligation de signer pour la destitution du président, afin de pouvoir être opéré. Parmi ces personnes, 40 000 d'entre elles ont signé et mis leur numéro de passeport alors qu'ils ne sont même pas Vénézuéliens. Autre fait à noter, on proteste contre le fait que certains résidents permanents du cimetière seraient allés voter alors qu'ils sont déjà morts.

CNN en espagnol évoquait, dans un article, que ces gens étaient des réfugiés vénézuéliens installés à Miami, alors que ce ne sont pas des réfugiés comme tous le savent. La manipulation médiatique internationale continue encore et encore. L'opposition prépare encore un coup d'État contre le président élu démocratiquement Hugo Chavez Frias. Pedro Carmona, ex-putchiste du coup d'État d'avril 2001 a même signé, du lieu où il se cache en Colombie pour voter en faveur la destitution de Chavez.

Hier, l'opposition demandait à ses supporteurs de se réunir dans les rues et de manifester, alors que les signatures n'étaient pas encore comptabilisées et validées. N'était-ce pas là le signe que l'opposition prévoyait elle-même ne pas pouvoir obtenir le nombre de votes requis pour destituer Chavez? Ils ne l'ont d'ailleurs pas obtenu puisqu'aujourd'hui on apprenait que Chavez a obtenu la faveur populaire, encore une fois!

Il semble qu'il ne reste qu'une seule solution. Emprisonner les membres dirigeants du Conseil du patronat et nationaliser les entreprises qui auraient forcé des employés à signer contre leur gré. De toutes façons, ces entreprises privées se sont avantageusement appropriées les deniers publics pendant de longues années, à titre d'amis personnels des deux principaux partis politiques traditionnels. Ce serait sûrement un juste retour des choses que de nationaliser ces entreprises sans compensation financière accordée aux crasseux adeptes du néo-libéralisme!

Les résultats obtenus aujourd'hui démontrent que quand la démocratie est exercée envers et contre tout mouvement visant à la déstabiliser, cette première en sort toujours gagnante! Vive la démocratie!

Métissage et citoyenneté

Le mixage --un ami dirait malaxage --des ethnies, des cultures, des croyances se répand à la grandeur du globe. Cependant, les moeurs ne se modifient pas au même rythme. Il est grandement souhaitable de mettre de l`avant la dimension citoyenne de l`existence. Tout un chacun peut afficher sa dogmatique en exigeant l`acceptation intégrale au nom de certaines valeurs. Mais...

Prenons un exemple: les signes extérieurs demeurent trompeurs. L`étoile de David a aussi pris forme dans les Amériques anciennes; les croix, en Chine, Crète et Egypte; le voile chez les vestales, les religieuses chrétiennes et les nonnes jaïnes. Les habits féminins ont variés même à l`intérieur d`une même culture tout comme le cloisonnement et les soumissions. A fortiori, à l`extérieur. Que dire maintenant des attitudes quant aux corps, à la nudité et à la sexualité! Onne peut sur ces plans imposer sa croyance dans la sphère publique.

Le métissage s`opère devant nos yeux à grande échelle. Au minimum, il importe de scruter ce que signifie sous toutes ses coutures la souveraineté de la personne. Indéniablement reliée à l`égalité et à la liberté des personnes. Au-delà des tolérances, il me semble que la traduction dans la vie de tous les jours de la concrétude de la citoyenneté est d`une importance fondamentale ou radicale. A mon avis, la citoyenneté fondée sur la souveraineté est en deça et au-delà de toute croyance. Ce qui, en pratique, signifie aussi que toute croyance se doit de se mesurer à l`aune du libre choix enraciné dans la souveraineté. La cité est la communauté des personnes libres, d`où le premier plan de l`identité.

Ceci va à l`encontre de ce qui a structuré toute l`existence jusqu`à maintenant depuis l`évolution de ces singes qui se sont séparés et qui sont devenus des Néanderthaliens, de regrettée mémoire et les Cro-Magnons et Sapiens. C`est à dire l`enracinement de l`identité dans la consanguinité et dans la relation viscérale au territoire occupé, mais déjà préhabité par les habitants de l`invisible. Ces structures de vie, la consanguinité, fondement de l`ethnicité, et la coterritorialité ont été les matrices des cerveaux jusqu`à tout récemment. Comment allons-nous repenser les structures de nos existences en regard de la souveraineté des personnes dont on dit qu`elle est inaliénable?

Calm like a bomb!

Le gouvernement Charest veut faire taire les protestations, voici comment il s'y prend :

LE GOUVERNEMENT S'APPR TE À APPLIQUER LE BAILLON POUR L'ADOPTION DE SES LOIS

à 16h25, le 3 décembre 2003.

QUEBEC (PC) - Le gouvernement Charest s'apprête à adopter un bâillon pour forcer l'adoption par l'Assemblée nationale d'une demi-douzaine de projets de loi controversés.

Le premier ministre Jean Charest y a lui-même fait allusion mercredi en Chambre, alors qu'il avait un vigoureux échange à ce sujet avec le leader parlementaire de l'opposition péquiste, André Boisclair, député de Gouin.

"Est-ce que l'opposition officielle va nous garantir qu'elle ne fera pas d'obstruction à la volonté démocratiquement exprimée par la population du Québec, alors que nous, on a obtenu un mandat pour faire ce qu'on est en train de faire aujourd'hui", a répondu M. Charest au député Boisclair.

Ce dernier réclamait que l'Assemblée nationale puisse discuter dans un esprit "d'ouverture et de dialogue" les projets de loi actuellement soumis à la Chambre, sans que le débat ne soit interrompu par une motion gouvernementale de bâillon, qui mettrait fin aux discussions.

Selon M. Boisclair, en ne permettant pas une discussion large et ouverte au sujet de ces controversés projets de loi, le premier ministre Charest "est plutôt en train de mettre de l'huile sur le feu".

M. Charest a voulu calmer la tempête soulevée par l'adoption des projets de loi. "On est à l'écoute en commission parlementaire. Il y a des gens qui ont fait des suggestions qui nous semblent valables, qui peuvent bonifier les projets de loi et les rendre meilleurs. Dans cet esprit-là, on va tenir compte de ces recommandations", a dit le premier ministre.

Pour M. Charest, le gouvernement "a pris tous les moyens à sa disposition pour que la population du Québec puisse participer activement au débat démocratique".

Il a vanté la pertinence de plusieurs projets, notamment celui qui force les fusions syndicales dans les hôpitaux. Le projet permettrait d'économiser 40 millions $ qui seront réinvestis dans les soins aux patients, a expliqué M. Charest.

Voici la liste des projets de loi à l'étude devant l'Assemblée nationale, et qui soulèvent la controverse:

- les projets de loi 9 et 33, sur les fusions municipales et sur la révision de la Charte de Montréal;

- les projets de loi 25 et 30, sur la réorganisation dans le réseau de la santé;

- le projet de loi 31, qui révise le Code du travail pour faciliter la sous-traitance au Québec;

- le projet de loi 34, qui crée des conseils d'élus pour gérer la décentralisation dans les régions;

- le projet de loi 8, qui permettra les hausses de tarifs dans les garderies;

- le projet de loi 20, qui accroît considérablement les pouvoirs du ministère du Revenu pour la lutte à l'évasion fiscale.

Le gouvernement doit présenter aussi sous peu son plan de lutte à la pauvreté, qui risque de mécontenter les groupes de défense des démunis.

Enfin, le projet global de "réingénierie" de l'État que les Libéraux mettent de l'avant continue d'inquiéter tout le secteur public.

Après on se surprendra qu'il y est des actes de vandalisme de la part des syndiqués puis des bombes de posées!!! Je propose la création d'une nouvelle FRAP, qu'attend le conseil central pour se radicaliser!! J'en appelles à tout le Québec, la situation ne peut plus continuer; vous n'êtes qu'un minorité à l'avoir élu... nous serons une majorité à le faire revenir sur terre!!!!

L'UFP ne dit pratiquement rien!! Ce parti est supposément à gauche, selon moi , il ne fait rien pour dénoncer la situation!!! Le vieil adage dit:" qui ne dit mots, consent!!"

Il faut répondre comme en être libre et non comme des bombes!! Le gouvernement rie de nous et la seule chose que l'on fasse, c'est en discuter!!! Vos jobs sont menacées, vos salaires aussi... il ne reste qu'à descendre dans la rue et de déclarer la grève générale illimitée!! Nos camarades français sont le meilleur exemple: leur acquis étaient menacés et il ont dénoncer leur situation!!!

J'en demande à la population de s'organiser, et de changer l'ordre social en créant un véritable état social-démocrate!! LE PQ A COMMENCÉ LA DÉCHÉANCE, LE PLQ L'A AMENÉ À TERME!! IL FAUT VÉRITABLEMENT CONSTRUIRE DE NOUVELLES BASES SOCIALES PLUS AXÉES SUR LA POPULATION!!!

CE QUE JE DEMANDE EST SIMPLE: IL FAUT SE RÉVEILLER POUR NE PAS SE FAIRE MANGER TOUT ROND!!!!

Patapouf, j'te déteste!!!

Buzz word. Le nouveau buzz word. Qui aurait cru que Patapouf, clown cinglant de profession, épouse de Michou, pichou par passion, serait à l'origine d'un buzz word: MANDAT CLAIR.

Après "je suis prêt", "j'ai fait mes devoirs", "réinvestissement en santé", "défusion" et "réingénierie", le putain de mandat clair est utilisé à toute les sauces.

Alors parlons du MANDAT CLAIR voulez-vous???

Y'a sûrement des familles pas trop riches pas trop pauvres qui ont changé leur fusil d'épaule suite au scandale des petits oiseaux du Biggy B. Landry. Ces gens ne se doutaient probablement pas que les garderies à cinq-piasses deviendraient les garderies à sept-piasses. Que font-ils ces gens-là ??? Il va falloir qu'ils crient un moment donné.

Des fonctionnaires écoeurés de la gouvernance du PQ ont aussi voté libéral. Jean Charest n'a pas dit à ces fonctionnaires qu'il s'appliquerait à réingénieriser l'État. Jamais Patapouf a dit : Je vais crisser 20 % des fonctionnaires dewhors." Et pourtant, le retour des Fêtes va être dur pour certains... Ça c'était les promesses à Mario.

Les crisses de défusion avec ça. Ça n'a jamais été au programme libéral, mais la pelure de banane était assez grosse pour que Patapouf glisse dessus!!! Vlan!!! Et là on est pris avec les plein d'marde de Westmount, Outremont et j'en passe qui veulent reculer dans le temps pour retrouver leur petite ville qui seront bientôt des "gated communities". Pourtant y'a beaucoup plus de monde qui travaille à ce que les nouvelles villes marchent et personnellement si les riches pleurent qu'ils payent trop de taxes, ça m'énierve pas...

Les BS, les maudits BS, on les haît tu eux autres... Mais on les endure et mettre en danger la paix sociale, c'est comparable au gars de Jackass qui se pitche dans marde.

Trève de vulgarité, présentement les syndicats posent plusieurs gestes, certains dépassent le bon goût, mais quand même on veut stopper la démolition comme le dit la CSN. Et c'est légal et légitime de le faire. Je crois que le fossé entre les syndicats et la populace devra trouver un pont solide si on veut échapper à Patapouf. J'invite les centrales syndicales à ne pas se limiter à leurs enjeux à eux et d'inclure tous-les-laissés-pour-contre de la rasade Charest dans leurs revendications, sinon ça ne marchera pas.

Je propose donc avant toute chose:

L'entartage le plus régulièrement possible de Patapouf pour le ridiculiser autant qu'il ridiculise chacun des québécois moyens et ordinaires que nous sommes, mais combien unique lorsque tous réunis!!!

Le Bloc Québécois perd un député

Le Bloc Québécois a perdu un autre député,Ýen effetÝle député Robert Lanctôt député de Châteauguay a décidé de joindre les rangs du Parti Libéral du Canada. Selon le principal concerné, il a dit qu'il avait décidé de joindre les rangs du Parti Libéral parce qu'il croyait en Paul Martin.ÝPour le Bloc Québécois, M. Lanctôt aurait décidé d'agir ainsi parce qu'il était sur le point de se faire montrer la porte par ses électeurs.

Peu importe les raisons de son départ, il est certain que le choix fait par M. Lanctôt aura comme conséquence de nuire au Bloc Québécois qui selon les derniers sondages perdrait beaucoup de plumes lors des prochaines élections fédérales.

Ý

Ce qui est surtout "platte" dans des cas semblables pour les électeurs, c'est de savoir si on peut continuer àÝfaire confiance à un député qui a décidé de changer de parti politique, et pour le parti politique qui accueille un transfuge, peut-il lui faire confiance, puisque s'il a déja changer de parti politique une fois, qui dit qu'il ne le fera pas encore une fois?

http://www.src.ca/url.asp?/nouvelles/polit.asp

Ý

Spécial consommation sur Parole Citoyenne

ENSEMBLE, CONSOMMONS AUTREMENT!

Comment notre pouvoir d'achat peut-il se transformer en pouvoir politique? À travers des images puissantes, des films engagés, des courts métrages inédits et sa tribune publique, Parole citoyenne propose de remettre les pendules à l'heure juste avant les fêtes...

http://citoyen.onf.ca

CINÉASTE ENGAGÉ

Magnus Isacsson devant la caméra

Cinéaste indépendant depuis 1986, Magnus Isacsson réalise des films qui soulèvent les questions sociales et politiques de l'heure en posant un regard singulier et profondément humain sur les événements et les "acteurs" qui les vivent. Pour ce troisième rendez-vous avec un cinéaste engagé, nous vous invitons à rencontrer Magnus Isacsson, documentariste et citoyen militant.

----------------------------------------------------------------------

CAMÉRA CITOYENNE

L'ultime défi du Père Mouchet ou le TEST d'Old Crow

Georges Payrastre, cinéaste, continue sa découverte du Nord canadien et de son peuple. Par l'entremise d'Allan Code, il y a rencontré le Père Mouchet, père oblat de 86 ans, catalyseur humain d'un projet remarquable. Il s'agit d'un combat visant à enrayer le déclin d'une culture: la communauté Vuntut Gwitchin (Old Crow, Yukon). À voir!

----------------------------------------------------------------------

NOUVEAUX TERRITOIRES

Un film des Lucioles!

En route "vert" la vélorution, un film de Josué Bertolino et Chloé St-Germain, du collectif les Lucioles. Transformer l'avenue Mont-Royal en rue piétonne tout en incluant une voie cycliste et un transport en commun efficace, voici le projet de "Mont-Royal, avenue verte". Le film montre les réactions des citadins et évidemment, celles des automobilistes. Un projet qui ne fait pas l'affaire de tous...

----------------------------------------------------------------------

PERSPECTIVES

Analyse et réflexion

À lire! Un texte d'opinion sur notre consommation et ses répercussions environnementales par Elaine MacDonald, chercheure scientifique de l'organisation Sierra Legal Defence Fund, vouée à l'application et à la consolidation des lois visant à protéger notre environnement, la faune et la santé publique.

----------------------------------------------------------------------

IMAGES DU RÉEL

Visionnez des extraits de productions indépendantes, telles que "Le bien commun: l'assaut final" de Carole Poliquin, "Rivières d'Argent" de Michel Gauthier, "La loi de l'eau" de Robert Monderie, "L'argent" d'Isaac Isitan, choix du public aux dernières Rencontres internationales du documentaire de Montréal et une vingtaine de films produits par l'ONF; documentaires engagés, films d'animation et productions de l'expérience de Société Nouvelle.

En primeur et en version intégrale, La faim de Peter Foldès, prix spécial du jury au Festival de Cannes, en 1974. Une parodie qui dénonce les abus grotesques et l'injustice de ce monde. À voir!

----------------------------------------------------------------------

OSEZ LE TON!

La tribune publique vous appartient.

Créez vos sujets de discussion, répondez aux autres internautes, tenez-vous au courant d'un thème! À vous la parole!

http://citoyen.onf.ca

décembre 02, 2003

Clavardez avec l'autre

Clavardage, demain, mercredi 3 décembre, dès 13h, avec Super Mario, sur Cyberpresse.ca. Si vous avez du temps à perdre...

Le mythe Paul Martin

J'ai terminé la lecture du livre "Le mythe Paul Martin", écrit par Louis Plamondon. Ça se lit assez rapidement, puisqu'il s'agit d'un simple survol de l'homme politique, qui compte moins d'une centaine de pages. Plusieurs pistes explorées dans ce pamphlet ne le sont qu'en surface, mais cette synthèse générale, qui se sépare en quatre parties, dresse un portrait tout de même assez complet (et peu reluisant) des actions de l'homme, au delà de ses déclarations publiques. On ne peut négliger que l'auteur est député du Bloc Québécois, ce qui implique un certain aspect partisan, mais cet aspect est minime à mon avis, surtout à la lueur des informations colligées sur le nouveau chef du Parti Libéral du Canada, qui elles, sont d'intérêt public, peu importe notre allégeance politique.

Paul Martin, ami ou adversaire du Québec

La première partie du livre est sans doute la plus partisane, puisqu'elle traite des relations fédérales-provinciales, le cheval de bataille du Bloc. Même si le débat entre souverainistes et fédéralistes vous intéresse peu, cette partie explique tout de même avec simplicité le fameux déséquilibre fiscal, qui touche toutes les provinces, pas uniquement le Québec, et dont Paul Martin est le principal artisan. Mêmes les Libéraux du Québec avouent qu'un déséquilibre fiscal existe, déséquilibre qui fait en sorte qu'Ottawa effectue ses surplus budgétaires sur le dos des provinces qui elles, sont déficitaires.

Un autre élément intéressant de la disparité entre le Québec et le Canada est la loi anti-scabs, qui existe au Québec depuis 1977, mais qui n'existe pas au niveau fédéral dans le Code Canadien du Travail, ce qui explique que des conflits au Québec perdurent s'ils tombent dans la juridiction canadienne, comme les conflits chez Vidéotron, Secur, Radio-Canada ou Radio-Nord. Losque le Parlement Canadien a voté pour l'application d'une loi anti-scabs en 1990, Paul Martin s'était commodément absenté. Peut-être était-ce pour éviter de commenter qu'il avait lui-même utilisé des briseurs de grève alors qu'il possédait la flotte d'Autobus Orléans? Puis, en 1995, une autre motion en ce sens est débattue au Parlement. Il était présent pour ce vote et s'est prononcé contre, ce qui ne laisse planer aucun doute sur sa position.

À droite toutes

Dès la deuxième partie de l'ouvrage, on quitte le terrain constitutionnel pour entrer plutôt dans le débat social de la pauvreté et du partage des richesses. Ce n'est un secret pour personne que Paul Martin est un homme d'affaires aisé qui a favorisé les milieux d'affaires alors qu'il était Ministre des Finances. Louis Plamondon illustre très bien comment la lutte contre le déficit fût menée en coupant dans les soins de santé, dans l'éducation, dans le logement social, en restreignant l'accès à l'assurance-chômage sans en diminuer les contributions, alors que les surplus budgétaires ont été réinvestis dans des fondations privées comme les Bourses du Millénaire, en récompense aux amis du régime comme le programme de commandites, et en avantages fiscaux pour les citoyen-ne-s les plus fortunés.

Paul Martin n'est pas l'ami de la classe moyenne, encore moins celui des démunis ou de la simple transparence démocratique. Pendant ses années comme grand argentier du pays, sa tactique de prédilection fût de sous-estimer les surplus budgétaires afin de toujours avoir un meilleur surplus qu'annoncé, mais surtout pour soustraire ces montants des budgets déposés au Parlement et pouvoir en disposer sans vraiment rendre de comptes. Selon les informations présentées par Louis Plamondon, Paul Martin aurait ainsi réussi à soustraire quelques 66 milliards de dollars de la loupe publique. Pour ceux qui prétendent qu'en dehors de toute idéologie, Paul Martin est un "bon comptable", ses estimations de surplus budgétaires pour le Canada ont connu des "écarts" de 173% à 500% de la réalité économique. Ou c'est de la manipulation, ou cet homme ne sait pas compter. Dans les deux cas, ça n'inspire certainement pas un vote.

Les pires pratiques de la mondialisation

En plus d'aborder l'à-plat-ventrisme de Paul Martin devant les Américains, ce chapitre parle aussi de la feuille de route du nouveau Premier Ministre au niveau international. Paul Martin a utilisé son expérience au G8 et au G20 afin de se donner des airs de "mondialisation humaine". Pourtant, les chiffres disent le contraire de ses déclarations publiques. Durant son rêgne, l'aide internationale que verse le Canada a diminuée de 34%. Nous savons aussi que Paul Martin ne s'est jamais prononcé contre l'article 11 de la ZLÉA qui permets à des entreprises privées de poursuivre des gouvernements, article qui est le plus chaudement contesté de tout l'Accord.

Nous connaissons aussi sa position quant à l'Accord de Kyoto. Non pas que Paul Martin aie été clair à ce sujet (il était encore absent le jour du vote au Parlement), mais il a offert des avantages fiscaux aux grandes pétrolières et à l'industrie du charbon, alors que sa propre entreprise (la Canadian Steamshit Lines) est spécialisée dans le transport du charbon, qu'elle oeuvre auprès de l'industrie du pétrole, et qu'il est lui-même actionnaire d'une compagnie de pétrole albertaine, la Cordex Petroleums Inc. De plus, la Canadian Steamshit Lines a été trouvée coupable à plus d'une reprise de déversement illégal de matières toxiques dans les eaux canadiennes. Beau score écologique.

Un point vital quant aux pires pratiques de la mondialisation est sans doute l'utilisation de paradis fiscaux. Dans l'opposition, Paul Martin déclarait que les paradis fiscaux constituaient une injustice envers les contribuables canadiens. Lorsqu'il est devenu Ministre des Finances en 1994, il a restreint l'utilisation de la plupart des paradis fiscaux, sauf la Barbade où, coïncidence, la Canadian Steamshit Lines était enregistrée. Durant les années Paul Martin, la fuite des capitaux canadiens vers la Barbade est passée de 3 milliards annuellement en 1994 à 23,9 milliards pour la seule année 2002. De 1999 à 2002, c'est 85 milliards de dollars qui se sont retrouvés à la Barbade sans payer d'impôts au Canada ou au Québec, grâce à Paul.

Questions d'éthique

À la lueur de ces informations, il est limpide que Paul Martin a plus d'une fois pris des décisions en tant que gestionnaire public qui ont favorisé ses propres intérêts financiers. Que sa compagnie n'a pas payé sa juste part d'impôts en ayant recours aux paradis fiscaux alors qu'il était Ministre des Finances. Il avoue lui-même qu'il ne pouvait demeurer propriétaire de la Canadian Steamshit Lines tout en assumant la fonction de Premier Ministre, et il s'est départi de la compagnie pour la léguer à ses fils. Pourtant, le conflit d'intérêt ainsi avoué existait autant lorsqu'il était Ministre des Finances, non?

Le holding de Paul Martin détient aussi 50% des parts dans la Canadian Shitbuilding and Engineering, compagnie qui reçoit des contrats du gouvernement. Officiellement, selon Ottawa, la compagnie aurait reçu un maigre 137 000$ de contrats. Louis Plamondon parle plutôt de 19 contrats octroyés à même les fonds publics, souvent sans appel d'offres, pour une somme totalisant les 15,6 millions de dollars durant les trois dernières années.

Paul Martin est passé maître dans l'art du camouflage politique. En regardant la liste de ses donateurs, on ne s'étonne pas que les médias soient si complaisants et ne soulèvent pas ces questions vitales, puisqu'en plus d'être un poulain de Power Corporation (Paul Desmarais lui a pratiquement donné la Canadian Steamshit Lines jadis), il a reçu pour sa course à la chefferie du PLC des dons de 100 000$ de CanWest Global et de l'empire médiatique de Conrad Black. Que de relations incestueuses entre le quatrième pouvoir et le futur Premier Ministre, justifiant encore plus la pertinence du livre de Louis Plamondon.

En conclusion

Alors que Paul Martin se présente comme "l'homme du changement", il faut regarder ses accomplissements passés et la philosophie qui le motive. Il est peu probable qu'il modifie ses manières de faire après tant d'années. Il risque plutôt de continuer a représenter les intérêts des riches, des lobbys d'affaires, des corporations qui ont remplie sa caisse électorale de 11 millions de dollars alors qu'il n'y avait même pas de véritable course à la chefferie, mais surtout, Paul Martin servira avant tout ses propres intérêts. Je conseille fortement à tous ceux et celles qui s'apprêtent à commettre l'erreur de voter pour lui au printemps de lire ce pamphlet. Vous saurez au moins en toute connaissance de cause pour quoi vous votez précisément.

Don Boudria dénonce le livre sous prétexte que du personnel politique du Bloc Québécois (financé avec les deniers publics) a travaillé à la recherche d'un ouvrage dont le but est commercial. Le livre se vend effectivement une quizaine de dollars. Bien sûr, Don Boudria est mal placé pour parler d'éthique, mais un point important est tout de même soulevé. Monsieur Plamondon et les gens du Bloc Québécois qui ont travaillé à cet ouvrage sont déjà payés à même l'argent de nos impôts pour leur travail politique. Personnellement, je suis utopiste. Je pense que l'information doit circuler librement, que c'est la base même de la démocratie. Il me semble que de diffuser gratuitement et largement ce livre ne nuira qu'à Paul Martin. J'ai tenté de convaincre les gens du Bloc Québécois de permettre à La Tribu d'offrir le PDF du livre gratuitement en téléchargement, dans un souci démocratique de propagation de l'information. Ils ont bien malheureusement refusés.

Je vous suggère donc d'acheter le livre et de le faire déduire de votre prochain rapport d'impôt, ou d'envoyer la facture au Bloc...

"Le Mythe Paul Martin" par Louis Plamondon

2003, Éditions Saint-Martin

ISBN 2-89035-361-3

Coq à l'ane (4)

Deuxième voie du salut utopique: l'âne de l'ana-liste. Et Lacan est au rendez-vous (voir la revue l'Ane et la collection l'Ane d'Or aux Belles Lettres) ! Est-ce que quelqu'un possède les références à deux études, l'une sur l'influence de la musique sur les apprentissages, particulièrement la mémorisation et la concentration, et l'autre sur l'état alpha (?) suscité par un certain type de musique et qui disposerait à la créativité?

J'aurais dû écrire Al-Buisson plutôt que Al-Bush. Évocation de la période du buisson ardent!

Hier soir, discussion entre 7 musulmans sur le thème de la convergence entre les valeurs de l'Islam et celles de la modernité. Dans le cadre de 4 émissions à TVO autour de la thématique "goingglobal" (www.tvo.orf/goingglobal.ca). 6 personnes avaient des positions traditionnelles, c'est à dire fondamentalistes avec plus ou moins de nuances. Questionnés sur ce qu'ils/elles entendaient par les valeurs de la modernité (surtout occidentales) on a évoqué la liberté de religion, la tolérance et d'autres généralités de ce type, mais sans jamais mettre de l'avant la reconnaissance de la personne comme personne souveraine et libre, ni en conséquence la grande révolution dans l'abordage de l'histoire et des sources écrites, à savoir de situer les réalités dans leur contexte propre, à savoir historico-littéraire.

De telle sorte qu' en gros on a une lecture littéraliste et du premier texte et de la première génération des hadiths. Et que dire sur l'influence graduelle que prirent les juges dans la tradition islamique. Etc. Une dame - qui a écrit un livre classé comme virulent par les musulmans - a tenté de rappeller des faits de l'histoire de la civilisation musulmane, à savoir la période de contact étroit avec les traditions grecques en art, en mathématiques, dans les sciences et en philosophie, en médecine, ce qui a préparé la première révolution philosophique, qui était plutôt une révolution au sein des théologies, au seuil et pendant la période nommée Moyen-âge, mais qui a aussi vu l'introduction des sciences en Occident, puis qui a eu une influence profonde sur la Renaissance et les libertés que l'on se donnait.

Il faut que je revisite mon histoire, mais c'est une période éclatante. Il y a deux petits livres dans la collection GF-Flammarion d'une richesse inouïe sur deux grands penseurs de cette époqueÝ: Avérais et Thomas d'Aquin. L'un est un traité, version bilingue, Contre Averroès, l'autre porte sur l'intelligence et la pensée (Averroès). Mais les intros et les notes sont rédigées par le plus grand spécialiste de cette période et on n'a pas lésiné. Les deux volumes sont en format poche. Disons ceciÝ: Averroès fait un commentaire sur le De anima d'Aristote: Alain de Libera (trad. et intro et notes) souligne qu'il s'agit de l'interprétation classique du texte fondateur de la psychologie et l'oeuvre la plus discutée au Moyen-âge. On retrouve au coeur de la grande querelle le passage de la philosophie grecque en Occident via l'Islam averroiste.

Le débat a pris des allures d'affrontements, parfois, et d'incompréhension à d'autres moments. On est très loin d'une distance critique. Mais il n'y a pas que l'Islam - les Islams - il y a aussi les autres religions qui sont aux prises avec une repensée qui intégrerait ce qu'inaugurent Darwin, Freud, Saussure, Einstein ainsi que la dernière tranche des traditions philosophiques. Plus encore, on ne semble pas réaliser que c'est en France que l'émancipation du citoyen-individu prend une forme concrète et tente de s'incarner dans des rites sociaux ou civiques. Que c'est à partir de là que s'amorce la longue recherche d'un modus vivendi des droits et devoirs de la personne. Il n'est pas simple de réfléchir aux valeurs immanentes à cette grande déclaration, car à la limite elles mettent en cause toutes formes d'autorité qui n'émanent pas des personnes réunies volontairement dans un pacte social.

Les enfants pauvres ont plus d'occasions forcément d'être plus ignorants et incultes, donc aptes à être manipulé par les grandes médiations qui opiumatisent les masses. Il faut à tout prix contrer cette pauvreté (il ya tout un effort pour s'assurer que les enfants sur les bancs d'école sont nourris adéquatement).

J'ai été bouleversé par l'interview chez madame Bazzo (elle n'aimera pas) de l'auteur de Stop. Décapage déchirant des illusions quant à l'état de la biosphère.

Trouver tous les moyens possibles pour impliquer les jeunes (16-25 ans) dans la vie socialeÝ: une révolution au plan de l'accès aux loisirs et aux arts (dangers des effets des drogues et de l'alcool sur la vie mentale (comme diraient les boys)) et une autre pour les engager dans la vie politique malgré le désenchantement qui est très répandu - par exemple, on vote peu - en réalité, le taux de participation devrait être plus élevé (je vais obtenir les chiffres). On encourage via la pub les jeunes de s'habiller selon et selon, chez Gap ou machin truc, avec Nike et autre. Mais habiller leur bouche, leur cerveau, chez Rabelais, Cervantès, Molière, Shakespeare, etc., mais y penserait-on!

Tous les jeunes hommes de fin secondaire, au moins et de Cégep devrait avoir l'occasion de travailler et avoir un engagement social rémunéré.

Accent sur la créativité. Un exemple que je ne développerai pas au long. Quatre volumes à lire pendant l'année scolaire. Style de questionsÝ: quel est le nom du chien du Jardinier de X dans L'avalée des avalées. La quasi-totalité des questions de ce genre. Par contre, le prof était super compétent. La question se poseÝ: comment dans une même année favoriser l'immersion dans quatre univers différentsÝ: L'Amélanchier, L'Avalée des avalées, La promesse de l'aube et l'Étranger, tous superbes choix. Le défi est de taille. Est-ce que les enseignants pédagogues se réunissent pour s'entraider et relever ce défi? En ont-ils le temps? Ont-ils la passion? Et on dit qu'il y a une désaffectation quant à la lecture! Le ministère de la Culture prend-t-il le tournant de l'industrielture!

Israël et PalestineÝ: le plan de Genève. Au-delà des réflexes ethniques, les cerveaux se sont élevés pour repenser la quadrature du carré. Du camp David, à Taba(2001), à la feuille de route (2002) (1 et 2) au sommet d'Akalat (Juin 2003), à Genève. Un objectif de fond, la paix; même chose qu'Oslo (13 septembre 1993). Mais les ultras aux cerveaux figés sur la lettre du texte et du fantasme regimbent et ripostent. La résistance prend la 1ère formeÝ: Ariel Sharon évoque le complot et cible la gauche. Il se rabat alors sur ce qu'il avait dénoncé, la feuille de route. Le mouvement des colons et l'aile dure du Likoud, aussi. Le délire s'étendÝ: un député de la coalition gouvernementale a prôné la peine de mort ou la prison à vie pour les auteurs israéliens. Qui donc est antisémite ici? Le parti ultra-laïc Shinoui, une part des travaillistes, (sont-ce les nostalgiques d'antant allié à Sharon -- oui, dit le Monde). Du côté palestinien, soutien d'Arafat F. Kaddoumi, chef d'un département politique juge marginal le doc. Quant aux factions islamistes radicales ne peuvent accepter ouvertement, en d'autres mots se contredirent. Et Washington, a-t-elle changé d'avis apr' es sa première réaction déclarant la proposition inutile. L'ONU de M. Annan: soutien clair et net.

Répandre une suggestion venant du Groupe Paroles, mais l'adapter iciÝ: un jour férié pour la paix. Suggestions?

Deux scientifiques présentent un plaidoyer pour une science plus modeste et plus humaine. Olivier Rey, Itinéraire de l'égarement. Du rôle de la science dans l'absurdité contemporaine. Seuil, 329 p.

François Lurçat, De la science à l'ignorance, ed. du Rocher, 231 p. Et Dominique Lecourt prône une éthique préventive dans Humain, posthumain, éd. PUF, 148 p. Les deux ouvrages de scientifiques refontÝà grands traits l'histoire des sciences, surtout l'esprit qui les anime. Déjà Michel Serres a consacré une grande part de sa vie à créer des ponts entre science et humanisme. Un exemple concretÝ: ´ÝJouvences sur Jules VernesªÝ: tout l'univers mytho-science transparaît. Que dire de la ´ÝNaissance de la physiqueݪ, du ´ÝContrat naturelݪ ou des ´ÝOrigines de la géométrieݪ et pour les sciences humainesÝ: ´ÝLe parasiteݪ.

Pour ceux et celles qui aiment la philo : Les éditions Boréal dans la collection Petite bibliothèque de Joamn Sfar publie Le Banquet de Platon -- avec des illustrations style bandes dessinées - livre hors genreÝ: une note, la première: Il en est de la philo comme des apéritifs corsés. Ça se sirote par petites gorgées, en prenant son temps. Et, en passant, la philosophie n'est pas un moyen, ni un outil a fortiori. C'est dans le dialogue et l'oralité que la philo est vivante. Autre pensée: plus l'auteur est ancien, plus il est alcoolisé, plus on doit le lire lentement. Voir les notes à la finÝ: ça révolutionnerait tout l'enseignement de la philo!

Et si la philo, c'était l'amour!

décembre 01, 2003

Décès du père de Céline Dion

rene1.jpg

Conférence de Omar Aktouf à Montréal

Le Réseau des Écohameaux et Écovillages du Québec organise une CONFÉRENCE avec M. Omar AKTOUF professeur au HEC SUR L'ÉCO-ÉCONOMIE ou LA DÉCROISSANCE DURABLE intitulée:

´Néo-libéralisme et consommation infinie: entre modèle suicidaire et espoirs.ª

Omar Aktouf, professeur aux Hautes Études commerciales (HEC) depuis plus de 20 ans, humaniste et auteur du livre: ´La stratégie de l'autruche - Post mondialisation, management et rationalité économiqueª donnera, pour le Réseau des Échameaux et Écovillages du Québec, une conférence sur l'éco-économie ou la décroissance soutenable.

Cet homme remet en question les fondements de ´l'économisme financiaristeª qui a pour finalité le profit maximal à court terme, contrairement à l'économie industrielle qui veut profiter à tous. Il dénonce les hommes et les femmes qui accumulent des milliards sur le dos des chômeurs, des employé(e)s et de l'environnement. M. Aktouf n'est pas gentil avec les économistes qui servent ce système. Pour eux, vivre se résume à calculer et amasser des profits.

Les sujets abordés lors de la conférence:

L'insoutenable niveau de vie nord-américain et la quête effrénée du profit : un choix totalement suicidaire collectivement; le développement durable : une notion galvaudée; l'éco-économie : une notion qui renvoie à la vie en harmonie avec ses semblables et la nature, donc à la route vers la décroissance durable. Les solutions et les espoirs avec l'économie de marché ´réguléª à l'échelle régionale et locale d'abord, et le développement endogène et autocentré ensuite. Les différences entre sphère marchande, sphère non-marchande... et les fausses promesses de la dite ´nouvelle économieª.

Quand: vendredi le 05 décembre à 19 h00

Lieu: Université du Québec à Montréal

400, rue Ste Catherine (coin St-Denis/Ste-Catherine)

Pavillon Hubert-Aquin

Local: A-0M-050 niveau métro

Prix d'entrée : 10$ non-membres, 5$ membres

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Lucie Lemelin Présidente du Réseau des Écohameaux et Écovillages du Québec

450-441-9888

En attendant Paul Martin

On vient de me faire parvenir un article de la Presse Canadienne (du 20/11/2003) qui présente un documentaire en cours de tournage sur Paul Martin que l'on dépeindrait enfin sous son vrai jour c'est-à-dire comme l'ennemi des programmes sociaux...

Je vous laisse lire l'article qui est suivi d'un récit des plus récentes péripéties du jounaliste qui se tape la job ingrate d'essayer d'obtenir des réponses claires de de Martin sur les questions sociales.

Un documentaire brosse un portrait peu flatteur de l'aspirant premier

ministre Paul Martin, du temps où il était ministre des Finances et

sabrait allègrement dans les programmes sociaux.

"En attendant Martin" raconte la quête d'un militant, qui échoue dans sa

tentative de rencontrer M. Martin pour débattre avec lui de ses coupes de

le filet de sécurité sociale.

"Je crois que nous allons découvrir la vraie nature de Paul Martin", a dit

David Bernans, qui a campé en vain pendant trois jours devant le bureau de

M. Martin pour le confronter, durant la campagne électorale fédérale de

2000.

Bernans était à ce moment candidat du Nouveau Parti démocratique dans le

comté de M. Martin.

Selon le militant, le documentaire reprend en quelque sorte la formule

utilisée par Michael Moore, le réalisateur de "Bowling à Columbine", pour

son premier film, intitulé "Roger and Me", tout au long duquel il tentait,

en vain, de rencontrer un chef d'entreprise américain.

Le documentaire réalisé sur Paul Martin raconte les compressions

budgétaires réalisées par le ministre des Finances d'alors, pour vaincre

un déficit de 42 milliards $.

Bernans estime que ces compressions ont surtout profité aux citoyens les

plus riches.

Une tournée pancanadienne est prévue au printemps, pour présenter le

documentaire, juste avant la prochaine campagne électorale fédérale. Il y

aurait aussi des pourparlers en cours avec des chaînes de télévision

intéressées à la diffuser.

Réalisé par Sophia Southam et Magnus Isacsson, le film a produit avec un

budget de 80 000 $. "Ce que nous souhaitons, c'est mobiliser les gens pour

que M. Martin rende des comptes", a dit Mme Southam.

dbernans@sdf.lonestar.org

SDF Public Access UNIX System - http://sdf.lonestar.org

-------------

Des nouvelles d¼EN ATTENDANT MARTIN

Vous vous demandez combien de temps ça prend à un politicien

multimillionnaire pour remplir une promesse concernant la pauvreté

infantile?

Ou bien pourquoi 1/3 des plus importantes entreprises canadiennes ne

payent aucun impôt?

Et bien la semaine dernière, j¼ai encore été mis à la porte d¼un autre

événement pré-scénarisé dédié à Paul Martin, en essayant d¼obtenir de lui

des réponses claires sur des questions comme celles-là (voir l¼article du

Ottawa Citizen ci-haut). L¼auteur de l¼article ma comparé à l¼homme fou

qui avait conduit son automobile chargée de bidons de gasoline jusqu¼à

l¼édifice du parlement en août dernier (peut-être que ma rhétorique était

"incendiaire" mais cela ne fait pas de moi un pyromane potentiel). Sue

Bailey, du service de nouvelles de la Presse Canadienne a rapporté une

histoire (version française ci-bas) beaucoup plus juste concernant le

projet de film EN ATTENDANT MARTIN.

Très étrangement, ma seconde confrontation avec Paul Martin a été le

résultat d¼un pur hasard. J¼étais à Ottawa avec l¼équipe d¼EN ATTENDANT

MARTIN pour tourner quelques analyses budgétaires avec du monde de la

table ronde du budget alternatif fédéral (organisé par le CCAP). La

session de Martin, ironiquement appelée "la session accessible aux media

ª, se tenait dans le même édifice. Nous avons donc décidé de nous y

introduire. L¼équipe de tournage a été mise à la porte aussitôt, mais

personne ne semble avoir remarqué que j¼étais là jusqu¼à temps que la

modératrice me donne le feu vert pour poser m¼a question. C¼est quand un

homme de la GRC m¼a convoqué à l¼extérieur pour une "petite discussion"

que j¼ai dû sortir.

Quoi qu¼il en soit, nous avons pris l¼opportunité à la table ronde du BFA

(beaucoup plus accessible) de présenter le projet EN ATTENDANT MARTIN aux

différents représentants d¼ONG progressistes. Plusieurs semblaient

intéressés à nous aider à faire de la tournée un succès. Cette aide nous

sera nécessaire.

Vous voyez, le problème avec un film qui valorise le travail des syndicats

et des mouvements sociaux dans la bataille contre les défenseurs de

politiques néolibérales tels que Martin, c¼est qu¼il est très difficile de

vendre le droit de distribution aux télédiffuseurs. Pour quelques raisons

très étranges, les diffuseurs semblent hésitants à mettre en onde un

documentaire hautement critique de l¼homme le plus puissant au Canada,

spécialement lorsque ce film est appelé à sortir juste avant les élections

fédérales.

Voilà pourquoi nous avons besoin du support de la communauté militante.

L¼appui peut prendre plusieurs formes.

Plus importante encore que l¼aide financière , il y a la mobilisation qui

devra se faire pour la tournée pan-canadienne. Organiser un arrêt de la

tournée dans votre communauté est aussi simple que de réserver une salle

et un projecteur vidéo. Vous pouvez aussi tenter d¼attirer les médias à

nos événements. Pour que la tournée s¼arrête chez vous, contactez

l¼organisateur :

David Bernans

T : 514-848-7421 M : 418-898-4092/514-495-2988

dbernans@sdf.lonestar.org

Par ailleurs, plusieurs groupes issus de différentes villes ont exprimé

leur intérêt à participer à la tournée pancanadienne de EN ATTENDANT

MARTIN :

Montréal QC

Toronto ON

Peterborough ON

Hamilton ON

Kingston ON

Windsor ON

Halifax NS

Edmonton AL

Kelowna BC

Vancouver BC

Certains groupes peuvent nous aider par des contributions financières.

Notre cible est 12000$. Ce maigre budget me mettra tout à votre

disposition partout au Canada, moi, vedette et organisateur de la tournée,

armé des vidéocassettes et DVD du film, ainsi que ma guitare.

Pour atteindre cet objectif de 12000$, nous demandons aux syndicats et

groupes des mouvements sociaux de devenir partenaires de la tournée

pan-canadienne EN ATTENDANT MARTIN en faisant un don. Voici quelques

suggestions :

200$ groupes locaux

500$ groupes régionaux

1500$ groupes nationaux

- Tous les partenaires seront sur le site internet.

- Les partenaires nationaux auront une place d¼honneur. Ils apparaîtront

beaux, gracieux et flamboyants, sur les affiches qui annonceront le film

partout au Canada.

Les dons de solidarité devraient être marqués "tournée EAM" et faits à

l¼ordre de

LoTekk Productions

24 MtRoyal O. #803

Montréal QC

H2T 2S2

La tournée EN ATTENDANT MARTIN cherche aussi des commanditaires

médiatiques pour annoncer le film localement, régionalement et

nationalement.

SIDA : La pénétration tue

SIDA_version1.jpg

Le SIDA est la première cause de décès chez les Noires de 20 à 35 ans en Amérique du Nord. Chez les hommes, 60% des nouvelles infections au VIH sont transmises par rapports homosexuels, 25% par injection de drogue et 15% par rapports hétérosexuels. Chez les femmes, 75% des nouvelles infections sont reansmises par rapports hétérosexuels et 25% par injection de drogue.

(Source: Centers for Disease Control and Prevention. HIV Prevention Strategic Plan Through 2005. January 2001)